BABY DRIVER : je sors du ciné et j’ai kiffé !

Je suis allé voir BABY DRIVER, c’était bien, c’était beau, mais ce n’est pas tout à fait un film de voiture alors parlons en !

Ce n’est pas un film de voitures !

BABY DRIVER raconte l’histoire d’un jeune pilote nommé BABY qui ne peut exister sans musique. Suite à un accident dans sa jeunesse, il souffre d’acouphène et seul la musique l’apaise. Pour une raison que l’on ignore il est obligé d’être le pilote qui aide une bande de braqueur à s’enfuir après les braquages sans se faire attraper par la police.
C’est sur cette base que débute le film avec une scène d’introduction magistrale qui place assez rapidement le décor. Il y a toutefois une subtilité très importante au film et que cette première scène va mettre en lumière de la plus parfaite des manières.

Il faut comprendre que BABY DRIVER n’est pas un film de voiture, c’est un film d’action avec un héro qui a pour trait de caractère principal, l’amour du pilotage, mais pas seulement. Ceci nous amènera à profiter de très belles scène course poursuite mais ces dernières ne représentent pas l’élément central du film, bien au contraire. Toute le reste est à découvrir au cours du film mais avant cela il faut bien comprendre son orientation et la scène d’introduction est là pour ça.

Sans spoiler, le film débute avec une scène tout en musique qui va nous mener vers une course poursuite de grande classe, un vrai régal pour les yeux mais avec un bémol pour les fans d’automobiles ! Dans BABY DRIVER la musique a une place énorme, a tel point que sur une grande partie du film on est quasiment sur un film musical ou le jeu des acteurs, que ce soit les dialogues, les gestes et même les fusillades se font en synchro avec la musique du film.

Ainsi en grand fan des belles scènes de course poursuite, je n’ai pu m’empêcher de ressentir une petite frustration en voyant à quel point la scène d’intro, bien qu’excellente à observer, faisait la part belle à la musique plus qu’aux sons moteurs. Et quand les scènes de voitures sont si bien tournées, j’avoue avoir pensé « Sans la musique, ça aurait été sympa aussi » !

Du coup si vous attendez de BABY DRIVER rien d’autre que de grosses poursuites bien musclées à bord de bolide à 4 roues, ce n’est pas réellement ce qui vous attend. Il y en a mais l’approche est plus originale que sur le blockbuster habituel et ce sera peut être un frein pour vous. Si vous êtes ouvert à un film novateur, lisez la suite.

Un film d’action musical avec de sacré poursuite !

Edgar Wright, réalisateur du film, a expliqué que l’idée de BABY DRIVER a commencé à naître en écoutant le titre BellBottoms du groupe The Jon Spencer Blues Explosion. En écoutant cette musique il visualisait une scène de course poursuite qui s’accorderait parfaitement avec la musique. C’est toute la logique du film, faire un beau film d’action tout en offrant une approche que l’on a pas forcément l’habitude de voir. A quelque chose près, on pourrait voir dans BABY DRIVER une sorte de version bien plus punchy, osé et enivrante de DRIVE.

Cette idée de quasi tout synchroniser aux musiques du film sans pour autant mettre de côté la construction du scénario est très intéressante. Le film tient une recette très qualitative qui mélange plusieurs types de cinéma avec une intelligence surprenante. On y trouve ainsi comédie, romance, drame, action et musique s’entremêlent avec brio. C’est très prenant et d’une subtilité que l’on ne voit pas très souvent dans les films d’action, ce n’est pas pour rien qu’il lui a fallu une dizaine d’année pour mettre le film au point et trouver la playlist parfaite.

Pour ne pas faire trop long, je ne rentrerais pas trop dans les détails et croyez moi il y en a car ce n’est pas un film lamdba. C’est un film réfléchi qui plaira à ceux qui sont cinéphiles et ouvert à ce type de cinéma originales et prenant des risques. Là où Fast & Furious 8 faisait dans le bourrin bête et méchant, BABY DRIVER joue la carte de l’action subtil, intelligente et basé sur l’émotion. Un travail titanesque pour mettre au point un film de ce genre sans perdre le spectateur à un moment donné. J’ose à peine imaginer le travail de préparation pour écrire un script en pensant à chaque fois à la musique qui sera utilisé, le montage qui a certainement dû être pensé en amont pour pouvoir synchroniser les dialogues, la gestuelle des acteurs, les fusillades, etc… Pfiou, j’en ai eu pour mon argent et c’est clairement le type de film à voir au cinéma.

Une référence du film d’action avec un cerveau

Au final, j’en suis presque à vouloir aller le revoir tant il y a beaucoup de chose à capter dans BABY DRIVER. Ce film devient pour moi une inspiration, il touche à quelque chose que j’apprécie depuis toujours, la belle musique synchronisée à des scènes rondement menées et qui permettent de faire encore mieux ressentir les choses aux spectateurs. A mon petit niveau, j’essaie parfois dans les vidéos de Planète-GT mais là j’ai pu expérimenter un sujet maîtrisé de manière quasi parfait et bordel que ça me donne des idées pour mes futures vidéos.

Bref, je vous conseille totalement BABY DRIVER ! Pour peu que vous aimiez le cinéma d’action mais équipé d’un cerveau, vous devriez passer un vrai bon moment et si vous y allez, n’hésitez pas à me dire ce que vous en avez pensé.

Kwamé est un touche à tout ! Spécialiste de l'image et la vidéo, quand il n'est pas derrière les essais vidéos de Planete-GT, il réalise pour les autres et développe d'autres projets.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *