Essai vidéo : VW Golf 7 R 310 Pack Performance

Dernière génération de la Volkswagen Golf R, nous sommes partis tester la force de sa version Performance sur circuit. Essai vidéo, écrit et photos à découvrir.

Il fut un temps où la barre des 300ch était réservée aux supercars, mais en 2017 c’est sur le marché des compactes sportives que se situe la guerre des 300 +. En effet, la liste est très longue : Audi S3/RS3, BMW 140i, Mercedes A45 AMG, Focus RS, Civic Type R et assez récemment la Leon Cupra 2017. Au milieu de tout cela, VW propose depuis plusieurs années sa redoutable Golf R qui est l’une des références en la matière. Et pour son restylage, pas question de bouleverser sa recette avec seulement 10ch supplémentaires mais on découvre aussi un Pack Performance hérité de la Clubsport qui vient affirmer ses prestations sur la piste. C’est d’ailleurs sur ce terrain de jeu que l’on vous emmène pour un rapide essai !

Un look plus agressif


Mais avant de vous parler des sensations au volant, faisons un petit tour des nouveautés de la version 2017 de la Golf R. D’un point de vue du style, on remarquera comme sur le reste de la gamme des évolutions mineures sur la signature lumineuse des nouveaux feux à LED et des pare-chocs revues pour plus d’agressivité. Notons aussi des évolutions qui arrivent avec le Pack Performance qui est proposé en option : nouvelles jantes forgées (gain de 9,6kg), petit aileron spécifique ainsi qu’une quadruple sortie d’échappement signée Akrapovic. A l’intérieur, même son de cloche, on retrouve des éléments communs au restylage de la gamme : Active Info Display, grand écran tactile central et quelques autres détails que nous avons déjà détaillé dans les essais des autres versions restylées.

Un Pack Performance plus radical


Sous le capot, le 4 cylindres 2.0L turbo évolue assez peu en passant de 300 à 310ch ainsi que de 380 à 400Nm de couple. La puissance est toujours envoyée aux 4 roues motrices avec au choix, une boite manuelle 6 rapports  ou une boite DSG à double embrayage. Ainsi dotée, la Golf R abat le 0 à 100km/h en 4.6 secondes et peut atteindre jusqu’à 267km/h avec le Pack Performance qui débride l’auto. Notons aussi que ce pack permet aussi de profiter de pneus semi-slick Michelin Pilot Sport Cup 2 et de plus gros freins hérités de la Clubsport S.

Un punch indéniable


Prenons désormais la piste puisque notre essai se cantonnera malheureusement uniquement à des tours sur le sympathique circuit de Majorque. Nous avons choisis de tester majoritairement la version à boite manuelle qui nous semblait la plus engageante pour s’amuser au volant de cette Golf survitaminée. Au démarrage, on appréciera directement la sonorité de la ligne d’échappement en titane, même si elle reste ensuite discrète au ralentit. On retrouve aussi l’embrayage avec la course trop longue typique de VW (voir notre essai de la Golf GTI Performance), ainsi que le levier de vitesse qui propose un guidage agréable et des débattements suffisamment courts. On hausse progressivement le rythme et le premier point qui séduit, c’est le moteur. Le 2.0L dispose d’un gros couple et d’un souffle très appréciable qui lui permettent d’avaler les lignes droites et de s’extirper de virages serrés avec force. Sa sonorité est retravaillée par des artifices dans l’habitacle et rappelle un 5 cylindres, ce qui est assez agréable dans les conditions d’utilisation sur piste (à voir en utilisation routière), tandis qu’on appréciera les claquements de la ligne Akrapovic au rétrogradage.

Du grip et de l’efficacité


Mais la Golf R n’est clairement pas qu’une voiture de ligne droite, et elle le prouve avec son Pack Performance. En effet, les pneus semi-slicks offre un grip absolument bluffant tant en vitesse de passage en courbe qu’en motricité avec l’apport du 4Motion. La direction est assez précise, le châssis travaille très bien et est sécurisant même si de notre point de vue, elle gagnerait peut être à être plus mobile du train arrière pour gagner en fun. En effet, en sortie de virage serré, on sent bien que la Golf R est une traction à l’origine en sous-virant à la limite, sans sentir le train arrière contrer cela. On appréciera aussi le freinage puissant et mordant qui ne souffre pas de critique particulière. Bref, vous l’aurez compris, malmenée sur piste, la Golf R Performance s’avère un outil efficace et très plaisant à défaut d’être un jouet… mais n’oublions pas que nous sommes à bord d’une auto qui n’est pas destinée majoritairement à une utilisation sur piste et qu’elle doit faire des concessions pour offrir une grande polyvalence. Malheureusement, nous n’avons pas pu tester cette polyvalence sur route !

On aimerait tester sa polyvalence


A l’heure du bilan, nous sortons à la fois frustrés et séduits de ce rapide essai. Séduits parce que la Golf R offre des performances de haut vol, une ambiance sonore sympathique, un grip de folie et un comportement global très efficace. Frustrés parce que nous n’avons pas pu tester davantage ses capacités en dehors de la piste, et c’est à notre sens sur le fait de proposer à la fois d’excellentes performances sur circuits, un très bon niveau en conduite sportive sur route et une grande polyvalence en utilisation urbaine/autoroutière qu’elle est impressionnante. Le circuit n’est donc qu’une facette de cette Golf 7 R, et elle semble réussir sur ce point puisque j’avoue que je ne pensais pas m’amuser autant en comparaison d’un Scirocco R qui m’avait plutôt ennuyé dans les mêmes conditions. Du coup, si VW nous lit, on est preneur pour essayer plus longuement cette Golf R Pack Performance !






EnFonde6 / Fabien est depuis son plus jeune âge un passionné absolu d'automobile dans sa globalité : il aime les 6 en ligne BMW, les Vtec Honda, les V12 Ferrari, les V8 AMG... bref tout ce qui a une âme ! A ses heures perdues, il est administrateur et rédacteur en chef de Planete-GT.