Mercedes SLC : Adieu V8

Mercedes continue de renouveler sa gamme avec sa nouvelle nomenclature avec le SLK qui devient SLC et y laisse au passage ses V8 et V6 atmosphériques.

Mercedes-SLC-01

D’un point de vue esthétique, Mercedes revoit principalement la face avant du SLK en lui donnant un regard plus arrondis tout en restant agressif, dans le plus pur style actuel de la marque. Notons que des feux à LED sont désormais proposés.

Mercedes-SLC-06

Sous le capot, les changements sont plus nombreux et pas forcément réjouissants. Le plus triste est sans aucun doute la disparition du V8 5.5L atmosphérique de la 55 AMG, qui est remplacé par une version 43 AMG dotée d’un V6 bi-turbo qui ne développe « que » 367ch au lieu des 421ch du V8. Mercedes précise quand même que le moteur est plus léger et offre 520Nm de couple, soit légèrement plus que le V8. Côté transmission, le 43 AMG dispose désormais d’une boite automatique à 9 rapports. Au global, le SLC 43 AMG est seulement 0.1 secondes plus lent que le SLK 55 AMG sur un 0 à 100km/h. Reste que le son d’un V8 cheveux au vent, ça ne se chiffre pas.

Mercedes-SLC-18

Pour le reste de la gamme, Mercedes introduit le SLC 180 avec un 2.0L turbo de 156ch. Ce 2.0L turbo se retrouve aussi en version 184ch et 245ch sur les SLC 200 et SLC 300 tandis que la version diesel 250d conserve son 2.1L de 204ch. Notons donc que le SLK 350 et V6 atmosphérique disparaît aussi…

Bref, en tant qu’amateur de motorisation atmosphérique à forte cylindrée qui chantent, le SLK aura perdu beaucoup de plumes en devenant SLC.

Mercedes-SLC-16
Mercedes-SLC-15
Mercedes-SLC-02

Mercedes-SLC-03

Mercedes-SLC-04

Mercedes-SLC-05

Mercedes-SLC-08

Mercedes-SLC-09

Mercedes-SLC-10

Mercedes-SLC-11

Mercedes-SLC-12

Mercedes-SLC-13

Mercedes-SLC-14

Mercedes-SLC-07

EnFonde6 / Fabien est depuis son plus jeune âge un passionné absolu d'automobile dans sa globalité : il aime les 6 en ligne BMW, les Vtec Honda, les V12 Ferrari, les V8 AMG... bref tout ce qui a une âme ! A ses heures perdues, il est administrateur et rédacteur en chef de Planete-GT.

1 Commentaire

  1. Griphon

    16 décembre 2015 à 1:12

    Au revoir le doux son des v8 rauques AMG, cheveux aux vents.