Essai : VW Scirocco R 280ch DSG6

En 2008, VW relançait le Scirocco, un coupé à l’allure dynamique et originale qui permettait la marque de sortir de sa Golf 5 un peu trop sérieuse pour certains. Le principe était alors simple : faire un coupé, mais sans concurrencer trop le TT, et en conservant une habitabilité suffisante pour 4 personnes. Bien entendu, un coupé se devait d’avoir une version sportive, et le Scirocco R de 265ch est venu sur les plates-bandes de la Megane RS.

Seulement voilà, depuis, la Golf 5 est devenue 6, et surtout 7, avec une nouvelle plateforme largement encensée par la presse sur ses versions GTI et R. Malheureusement pour lui, le Scirocco demeure au catalogue encore quelques temps et doit se contenter d’un petit restylage afin de continuer sa carrière. Mais malgré de nombreuses mises à jour, est-ce que la version R crû 2015 est suffisante pour rester attractive sur un marché assez concurrentiel ? Nous avons pris le volant sur route et sur circuit afin de se faire notre avis sur la question !

VW-Scirocco-R-2015-Restylage-Facelift-23

Mise à jour visuelle

A l’extérieur, le Scirocco reste fidèle à lui-même avec son allure de shooting brake, mêlant coupé et break, qui lui donne une identité particulière sur le marché des coupés. Mais à l’occasion du restylage, ce dernier gagne en agressivité et s’aligne sur l’identité des nouvelles versions sportives du constructeur allemand, Golf R en tête. On note donc un pare-choc avant plus tranchant et de nouveaux projecteur bi-xénon et LED à avant, tandis que la partie arrière est moins arrondie avec nouveau hayon, des feux à LED, un pare-choc plus agressif et toujours deux sorties d’échappement. Globalement, le coup de jeune fonctionne assez bien et la version R est réellement plus agressive que le Scirocco « classique ».

VW-Scirocco-R-2015-Restylage-Facelift-19

Un intérieur discrètement modifié

Du côté de l’intérieur, les modifications sont subtiles mais bien présentes. La première chose qui saute aux yeux si vous connaissez le modèle précédent, c’est l’arrivée d’une rangée de jauges au sommet de la planche de bord avec température d’huile, chronomètre et surtout la pression du turbo (ça ne sert pas a grand chose, mais c’est toujours amusant de voir l’aiguille du boost bouger 😀 ). Le reste de la planche de bord évolue en douceur, avec par exemple une nouvelle instrumentation et un nouveau volant à méplat très agréable en main. Notons que de magnifiques sièges baquets sont disponibles en option, mais malheureusement aucune des voitures présentes n’en disposait !

VW-Scirocco-R-2015-Restylage-Facelift-14

280ch sur le train avant

Côté technique, le Scirocco R revoit notamment son moteur avec l’adoption de la dernière version du 2.0L TSI avec désormais 280ch et 350Nm de couple. Ce moteur envoie la puissance uniquement aux roues avant (contrairement à la Golf R et ses 4 roues motrices) via, au choix, une boite manuelle à 6 rapports ou la désormais célèbre DSG 6 à double embrayage. Les performances annoncées sont un 0 à 100km/h effectué en 5.5 secondes et une vitesse maximale de 250km/h. Un amortissement piloté est disponible en option afin de moduler entre précision de comportement et confort de roulement.

VW-Scirocco-R-2015-Restylage-Facelift-20

Une routière dynamique

Sur la route, le VW Scirocco R est un exemple de polyvalence pour une voiture de cette trempe. Le moteur très coupleux dès le bas du compte-tour associé à une boite DSG très douce dans son mode normal permettent d’évoluer dans la circulation parisienne avec un calme olympien. Mais à côté de ça, la moindre insertion sur le périphérique se transforme en formalité tant le TSI est volontaire à délivrer sa puissance. On appréciera aussi le volume sonore très raisonnable ainsi que l’amortissement qui, en mode confort, permet de faire de longues distances comme si nous étions dans une compacte classique. La contrepartie de ces qualités, c’est que la voiture n’est pas très vivante, communicative et donc amusante aux allures légales.

VW-Scirocco-R-2015-Restylage-Facelift-7

Performante et facile à appréhender

Passons ensuite aux choses sérieuses : le circuit. Pour cela, nous avions accès à une piste d’essai basée sur une base aérienne avec une immense ligne droite et des parties sinueuses avec une largeur de piste confortable afin de tester les limites du Scirocco R sans appréhension. Commençons par un chiffre : 240km/h, c’est la vitesse que nous avons pris en toute décontraction dans la ligne droite à plusieurs reprises. Et il faut avouer qu’à cette vitesse, la stabilité ainsi que le freinage s’avèrent très rassurants. Des essais de freinage en appui à 130km/h achèveront de nous mettre en confiance : l’auto se déleste légèrement de l’arrière puis reprend sa ligne de manière assez naturelle.

VW-Scirocco-R-2015-Restylage-Facelift-10

Autre point très positif, les 280ch sont bien présents : accélérations franches, couple qui rend le moteur exploitable à n’importe quel régime. On appréciera le différentiel électronique qui donne une motricité sans reproche sur sol sec, même si les puristes et pistards lui préféreront naturellement un véritable différentiel à glissement limité qui tirera le train avant à l’intérieur des virages. Mais en attendant, ce système comble assez bien les arrivées de couple, et un essai sur une bande avec adhérence équivalente au verglas auront aussi mis en évidence son intérêt couplé à l’antipatinage lors de conditions précaires. La boite de vitesse DSG6 fait très bien le job, les passages sont rapides, et s’avèrent assez judicieux en mode sport pour rester en tout automatique et ainsi se concentrer sur son pilotage. Néanmoins, les palettes sont présentes et permettent d’avoir un peu plus d’implication à la conduite. Nous aurions apprécié de tester la boite manuelle, mais aucune des voitures présentes n’en étaient équipées. Il reste qu’à mon sens, sur ce Scirocco R qui n’est pas destiné aux puristes, et avec l’excellent niveau de prestations de cette DSG, cela est probablement le choix le plus cohérent.

VW-Scirocco-R-2015-Restylage-Facelift-9

Sécurisante, voire ennuyante

Du côté du comportement et des sensations au volant, on continue sur la même voie : la voiture est efficace, sécurisante, performante mais un peu trop sérieuse à mon gout. Le train avant est moins incisif que ce qu’on souhaiterait, tandis que le train arrière n’est pas très mobile, ce qui rend la voiture neutre et prévenante. Au final, le pilotage du Scirocco R demande toutefois du travail notamment sur le freinage afin d’accompagner le train avant jusqu’à la corde, et elle sera parfaite dans le rôle de voiture pour découvrir les joies du pilotage sur circuit avec une voiture performante et polyvalente. En revanche, j’ai été franchement déçu de la sonorité assez banale du R, surtout en comparaison des dernières sportives équipées de moteurs TSI, comme l’Audi S3 ou même d’autres 4 cylindres comme la RCZ R… on est loin d’un bon vieux Corrado VR6 !

VW-Scirocco-R-2015-Restylage-Facelift-8

Conclusion

En conclusion de cet essai, on peut aisément dire que le VW Scirocco R 2015 n’est pas une sportive pure et dure, elle ne concurrence pas vraiment une Megane RS ou une RCZ R bien plus vivante. Elle se place davantage en une excellente GT très performante qui sera parfaite en utilisation de tous les jours mais qui conserve un potentiel lui permettant de poser occasionnellement les roues sur circuit et de prendre plaisir sur les petites routes. Mais je serais toutefois assez curieux de le comparer à une Golf VII GTI ou R, car l’écart de châssis doit tout de même tourner à l’avantage des Golf. Vivement un tout nouveau Scirocco !

VW-Scirocco-R-2015-Restylage-Facelift-5
VW-Scirocco-R-2015-Restylage-Facelift-11
VW-Scirocco-R-2015-Restylage-Facelift-13
VW-Scirocco-R-2015-Restylage-Facelift-12
VW-Scirocco-R-2015-Restylage-Facelift-1
VW-Scirocco-R-2015-Restylage-Facelift-2
VW-Scirocco-R-2015-Restylage-Facelift-3
VW-Scirocco-R-2015-Restylage-Facelift-22
VW-Scirocco-R-2015-Restylage-Facelift-21
VW-Scirocco-R-2015-Restylage-Facelift-16
VW-Scirocco-R-2015-Restylage-Facelift-15
VW-Scirocco-R-2015-Restylage-Facelift-17
VW-Scirocco-R-2015-Restylage-Facelift-18

EnFonde6 / Fabien est depuis son plus jeune âge un passionné absolu d'automobile dans sa globalité : il aime les 6 en ligne BMW, les Vtec Honda, les V12 Ferrari, les V8 AMG... bref tout ce qui a une âme ! A ses heures perdues, il est administrateur et rédacteur en chef de Planete-GT.