Essai vidéo : Peugeot RCZ R

Découvrez notre essai vidéo de la Peugeot RCZ R et ses 270 chevaux avec Eric Hélary, vainqueur des 24 heures du Mans en guest ! 7 minutes d’essai mais également des photos et notre avis écrit, embarquez avec nous à bord du nouveau coupé sportif français signé Peugeot Sport !

banniere site

Depuis le début de l’année 2013, Peugeot s’est donné les moyens de nous offrir une image plus sportives que jamais. On pense notamment à la séduisante Peugeot 208 GTi (notre essai vidéo) mais également à la méchante 308 R encore à l’état de concept car pour le moment. L’histoire ne s’arrête pas là puisqu’en compétition nous avons pu voir une gamme extrêment variée de véhicules, mais aussi de victoire ! On pense bien évidemment à Sebastien Loeb et sa majestueuse performance sur les pentes de Pikes Peak, au triplé des 208 T16 aux 24 heures du Nurburgring et j’en passe…

Fort de ce belle historique, Peugeot pousse le sport encore un peu plus loin et nous offre une Peugeot RCZ R qui dès son arrivée se place en tant que sportive française la plus puissante. C’est par la même occasion avec ces 270 chevaux, la plus performante des véhicules de la gamme Peugeot.
Reste à découvrir si la puissance de cette belle RCZ R est utilisé avec intelligence afin de nous donner une vraie sportive digne de nom.

Le design

essai-video-peugeot-rcz-r (19)

Sur le plan esthétique, Peugeot Sport a fait le choix de nous offrir un véhicule qui n’en fait pas trop et on apprécie. En fait il y a jusque ce qu’il faut pour marquer le passage à une véritable version sport sans pour autant tomber dans l’excès.

Concrètement, le changement extérieur se fait au niveau de l’aileron arrière qui est maintenant fixe, le diffuseur arrière accueille maintenant deux canule d’échappement chromé qui permettent d’exprimer encore plus l’agressivité de cette version R. Les jantes sont spécifiques à cette version et prennent 0,5 pouces en largeur participant à une meilleure liaison au sol. On retrouve également des fonds de phares noirs spécifiques à la version R.

Dans l’habitacle, c’est principalement des détails de finitions qui font la différence face à la version inférieure. On remarque un joli seuil de porte siglé Peugeot Sport qui montre le chemin vers cette espace très sombre comme s’il était pensé pour orienté votre regard vers la route. Des surpiqûres rouges parcourent tout l’habitacle et notamment les nouveaux sièges que je trouve particulièrement réussis. Sportif et enveloppant, ils se composent d’un mix de cuir et d’alcantara noir du plus bel effet. On retrouve également quelques inserts R pour rappelé que nous sommes en présence de la version sport. Dernier point, le pommeau de vitesse est repris de 208 GTi.

Peugeot RCZ R

Pour la face avant, les changements sont minimes avec l’apparition du logo R et le passage au rouge pour l’insigne Peugeot.

4 coloris sont proposés, Rouge Erythrée, Noir Perla Nera, Gris Sidobre et Blanc Opale. On regratte l’absence d’un noir mat mais également du blanc nacré que nous avions eu sur la version 200 chevaux et qui souligne magnifiquement les courbes atypiques de la Peugeot RCZ. Je sais que certains d’entre vous ont du mal avec la face avant et préféré la bouche imposante de la phase 1. En ce qui me concerne, je trouve ce facelift beaucoup plus élégant et adapté.

Moteur et Caractéristiques

essai-video-peugeot-rcz-r (22)
La RCZ R reprend le moteur 1,6 Litres THP pour le porter à 270 chevaux, c’est 10 chevaux de plus que sur la RCZ Racing Cup (version de course). En terme de chiffres cela nous amène à 330 Nm de couple offert en 1900 et 5500 tours. Elle s’offre même un petit régime avec 17 kilos en moins par rapport à la version THP 200 pour atteindre 1280 kilos.
Pour parler un peu de chiffres, la vitesse maximale est de 250 km/h limitée électroniquement. Le 0 à 100 km/h est effectué en 5,9 secondes et 1000m départ arrêté en 25,4 secondes.

La boîte manuelle à 6 rapports profite d’un étagement spécifique à la RCZ R lui permettant par exemple de passer les 100 km/h sur le second rapport. Côté pneumatique, ce sont des GoodYear Eagle F1 Asymmetric 235/40 R19 (environ 220-250€ le pneu). Sous cette monte, les freins s’adaptent également avec des étriers fixes à 4 pistons et des disques de 380mm.

Comme toujours qui dit augmentation de la puissance moteur, dit également adaptation des équipements afin d’encaisser ce gain et surtout lui permettre de s’exprimer au mieux. Peugeot Sport a donc entamer tout un processus visant à renforcer le moteur via différent traitement et autres modifications de pièces. L’objectif étant logiquement d’assurer la longévité dans des conditions d’utilisation sportive.

En route : côté sport !

essai-video-peugeot-rcz-r (15)

Alors que peut-on penser de cette RCZ R et ses 270 chevaux ? Avant de vous donner mes impressions, il faut savoir que notre essai était principalement constitué de routes près du Col de Vence. De ce fait je ne me prononcerais que très peu sur la RCZ R en milieu citadin, mon expérience étant limité dans ce type d’environnement.

Les premières minutes sont très agréables et mettent directement en avant les modifications opérées par Peugeot Sport par rapport à la RCZ THP 200. C’était une crainte existante, à savoir est-ce que la refonte de la base RCZ serait assez approfondie pour offrir une évolution significative lui permettant d’accéder au rang de véritable sportive.

essai-video-peugeot-rcz-r (13)Dès les premières minutes de conduite, on peut très facilement confirmé que la sportivité est de la partie. Le premier indice est sonore car la Peugeot RCZ R ronronne, ce n’est pas excessif mais il y a de quoi apprécié sa sonorité. Là où la version 200 chevaux avait un son moteur relativement bien présent dans l’habitacle mais un peu trop simulé (effet sound pipe), ici le son apparaît plus naturel, plus nerveux et roque. Même de l’extérieur le son est plus présent qu’auparavant, des points que l’on apprécie.

Puis il y a les impressions en conduite, tout est mieux ! Je dirais même impressionnant d’efficacité et ce malgré le gain de 70 chevaux qui font de la RCZ R une voiture « très » puissante dans le paysage français, le contrôle est là. Comprenez que l’efficacité du châssis couplé aux apports du différentiel à glissement limité Torsen autorisent une conduite assez agressive avec une confiance presque aveugle. Il faut réellement y aller pour mettre la voiture à défaut et commencer à percevoir ses limites. La voiture colle à la route, et c’est là ou le  Torsen fait la différence en offrant la possibilité de passer toute la puissance au sol sans risquer des pertes de motricité.

essai-video-peugeot-rcz-r (23)

Le ressenti de route est excellent, avec les ressorts plus raides la lecture de route est un plus brute sans virer dans la voiture de sport difficilement utilisable au quotidien. On ressent très bien la connexion au sol et le grip des pneus, enchaîné les virages paraît tellement simple et nécessitant peu d’effort. Avec les 270 chevaux, dans les routes de montagnes on arrive très rapidement à plus de 150 km/h mais sans l’effet « je suis en train de m’emballer ». Le compromis obtenu par Peugeot Sport me semble à première vue de très haut niveau et j’en redemande.

Petit point sur les freins redimensionnés pour coller aux exigences de la sportive, on passe sur des étriers fixes à 4 pistons et disques de 380mm. En terme de sensations l’équipe de Peugeot Sport semble réellement vouloir souligner leur efficacité et de ce fait j’avais de grandes attentes. Je m’attendais à un mordant important dès le début d’amorce de la pédale mais c’est en fait un peu différent. Pour sentir les freins en actions, il faut vraiment appuyer. C’est au final une question d’habitude je suppose, mais je m’attendais à une réponse plus direct à l’amorce de la pédale de frein donc je vous le notifie. Toujours est-il qu’en matière de freinage, le boulot est correctement effectué.

En écrivant ces lignes je me rends compte que j’aurais besoin de plus temps avec la Peugeot RCZ R, c’est une voiture qui nécessite de passer du temps seul avec pour apprendre à se connaître. Mais l’expérience de conduite est définitivement une des meilleures que j’ai pu avoir cette année. La position de conduite aide beaucoup avec une voiture relativement basse qui d’ailleurs doit grandement participer à l’efficacité du châssis. Mais parlons du moteur !

Le THP 270 est tellement agréable en pratique, ce n’est pas un monstre à proprement parler. La montée en puissance est très linéaire MAIS de la puissance il y en a. Pas de quoi vous briser la nuque bien évidemment, mais bien plus qu’il n’en faut pour se faire sacrément plaisir. On peut le dire, le maître mot de notre essai en Peugeot RCZ R c’est le plaisir ! Le couple est toujours présent, le nouvel étagement de boîte colle très bien au capacité du moteur et le fait de pouvoir passer les 100 Km/h en seconde est un point bénéfique à la capacité de poussée en sortie d’épingle par exemple. Ce petit « pschhit » lorsque l’on relâche l’accélérateur fait toujours son petit effet et au final j’aurais souhaité que cet essai dure plusieurs jours !

essai-video-peugeot-rcz-r (11)

Peugeot RCZ R : Coup de coeur !

Au moment de conclure, j’ai réellement envie de dire une masse de compliment pour cette Peugeot RCZ R, c’est ce que l’on demandait à Peugeot Sport ! La 208 GTi (notre esssai vidéo) était bien mais pas assez « violente », sans tomber dans le radical. La RCZ R répond réellement à mes attentes. Un style atypique, un moteur et un châssis qui vous permet de kiffer (c’est vraiment le terme) sur la route.

Il faudra également voir ce qu’il en est sur circuit, puisque Peugeot Sport l’a présente comme étant pensé pour la piste mais dans mon cas, sur la route le pari est réussi. Il ne nous manque plus qu’une version RCZ R Roadster et Peugeot tiendra probablement la meilleure des françaises pour ceux en recherche d’un moteur et du plaisir de conduite sans penser aux performances en terme de chiffres.

Je veux et j’espère sérieusement revoir cette Peugeot RCZ R plus longtemps, que ce soit dans de petites routes de montagnes mais également en ville. Vivre avec quelques temps avec en somme.

Vous l’aurez compris, je suis conquis alors même que j’ai trouvé notre essai un peu trop court. Au final mon conseil est simple, la RCZ R, c’est bon, c’est français, mangez en à foison !
Ces sur mots que je termine mon essai et peut être qu’un jour on la comparera avec la Megane RS ! 🙂

essai-video-peugeot-rcz-r (14)

Je remercie énormément Peugeot et Peugeot Sport pour l’invitation ! Ainsi que mes copains blogueurs, Tran, Alexandre et tous ceux qui ont aidé de près ou de loin à la réalisation de l’essai vidéo et du bon moment passé près de Nice.

Kwamé est un touche à tout ! Spécialiste de l'image et la vidéo, quand il n'est pas derrière les essais vidéos de Planete-GT, il réalise pour les autres et développe d'autres projets.

11 Comments

  1. KaZeY

    23 décembre 2013 à 7:49

    Ça donne envie de l’essayer tout ça !

    Et très belles photos par ailleurs.

  2. Tanguy Nicolas

    23 décembre 2013 à 7:52

    Excellent essai ! 🙂
    Pas mal les bonus de fin !

  3. 2000CV

    23 décembre 2013 à 8:32

    Super test, très sympa ! Cette nouvelle mouture de la RCZ à l’air tout bonnement superbe !

  4. Scuderia57

    23 décembre 2013 à 10:08

    Sympa l’essai, et le compte rendu également.
    Par contre ZebigK tu ne mentionnes pas le prix, du moins tu ne donnes pas ton avis dessus. Et je le trouve personnellement prohibitif pour une Peugeot! Ils veulent se comparer a l’audi TT, mais ils n’étaient pas obligé de claquer les mêmes prix pour donner de l’exclusivité à leur modèle.

  5. Rallyman

    24 décembre 2013 à 12:37

    Une Audi TTS moins performante c’est 10000e plus cher.

    A un prix inférieure c’est surement les disque sur bol avec gros étrier et l’autobloquant qui aurait sauté, et la voiture aurait tout perdu niveau dynamisme.

  6. Scuderia57

    24 décembre 2013 à 12:04

    Oui rallyman,10000€ plus cher en majeure parti par ce qu’il y a des anneaux sur la calandre. Maintenant je ne pense pas que mettre un prix d’entrée de gamme a 35000€, qui est déjà déroutant, aurait coûté les équipements que tu mentionnes.
    Quand on pense a une megane RS, focus RS, seat leon cupra R(que je possédais) qui sont des sportives largement plus vivables au quotidien et à puissance équivalente voire plus élevée, plus de 10000€ moins cher, je pense qu’ils ont juste abusé et je ne pense pas qu’il va y en avoir des masses des gens passionnés comme nous mais aux revenus « normaux » capables de sortir cette différence pécuniaire pour pencher sur cette RCZ R!
    Et c’est là que je trouve ça encore plus dommage, pour une fois que Peugeot faisait une voiture sportive qui tenait la route face au reste il fallait qu’ils se mettent des bâtons dans les roues avec ce prix, qui est de départ je tiens a le signaler! Donc t’es pas à l’abris de le voir à plus de 45000€ Avec des options.. Franchement ça fait très mal

  7. ZeBigK

    24 décembre 2013 à 12:37

    @Scuderia: En effet, j’ai oublié de le mentionner, je changerais ça dès que j’ai le temps.

    Je pense que le prix est logiquement étudié, après c’est sûr qu’à 35 000€ je trouverais ça parfait mais à l’heure d’aujourd’hui je ne suis pas un acheteur potentiel donc difficile de donner un avis.

    Ceci dit, je n’ai plus les chiffres en tête mais je crois que les objectifs de vente sont pas prétentieux du tout. J’ai un souvenir de 1000 unités à l’année tout pays confondus. Faudrait que je vérifie.

    Le positionnement RCZ R se veut un poil élitiste je pense.

  8. EnFonde6

    24 décembre 2013 à 12:41

    Ouais après y’a prix catalogue et prix réel. Je pense que passé l’effet nouveauté avec ceux voulant mettre l’argent pour l’avoir tout de suite, les remises accordées seront très substantielles.
    Après face à des Megane, Focus & cie, elle a la particularité d’être un vrai coupé, avec un design exclusif, et ça coûte forcément plus cher que de mettre un kit carrosserie sur une voiture de grande série.

  9. alain

    24 décembre 2013 à 4:37

    parfaitement d’accord avec enfondde6 d’un coté on a des véhicules de grande série et de l’autre un concept car qui roule… même si la plate forme reprend pas mal d’éléments communs ,restent pas mal de pièces spécifiques et pas de gros volume pour amortir les coûts…

  10. carte grise auto

    29 décembre 2013 à 5:20

    Magnifique essai, la Peugeot RCZ R à l’air d’être une excellente auto, espérons que son prix à l’achat et à l’entretien ne sera pas exorbitant ^^

  11. Adrien

    11 janvier 2014 à 6:03

    Salut Kwame,

    pour ma part, ce n’est pas moi-même qui est allé faire l’essai, mais Vincent.

    Du coup, je connais que vaguement la RCZ R. J’ai regardé ta vidéo, et c’est fou maintenant comment j’ai envoie de l’essayer, sans parler de cette sonorité omniprésente !

    Toutes mes félicitations pour tes vidéos (commentaires, prises de vues, bande son, …), celle du RCZ R est encore la preuve que tu fais de supers reportages et tu ne cesses de t’améliorer, chapeau bas !