WRC 4 : Le test en vidéo

Milestone revient une nouvelle fois cette année avec son jeu basé sur le championnat WRC. Après des débuts difficiles, ce quatrième épisode est-il celui de la maturité ?

Contrairement aux F1 de Codemasters, WRC n’est en général pas qu’une mise à jour. En effet, nous sommes partis de loin il y a 4 ans, avec un jeu techniquement dépassé qui avait déçu beaucoup de joueurs. Le deuxième épisode n’avait lui pas marqué une vraie évolution. C’est lors du troisième opus que le jeu a fait un bon en avant qualitatif en devenant visuellement acceptable tandis que le reste était plutôt maîtrisé. Du coup pour 2013, nous pouvions espérer un vrai très bon jeu ! Et on va voir dans ce test de la version PC que le pari est en bonne partie réussi.

Assez joli

Commençons par les graphismes, et c’est honnêtement une bonne surprise. N’ayant pas un PC de guerre permettant de jouer avec la plus haute résolution, je suis resté néanmoins très séduit par l’ensemble. Tous les environnements ne sont pas nouveau, mais ont été revu pour avec plus de détails et un rendu global assez « propre ». En outre, de nouveaux environnements proposent, eux, un résultat franchement réussi, avec une profondeur de champ confortable et des décors soignés. Du côté des voitures, si toutes ne sont pas parfaitement réussies, la majorité sont fidèlement reproduites, avec un niveau de détail qui, sans atteindre les maitres du genre, est satisfaisant. En outre, le jeu est fluide (même sur un PC qui a passé les 4 ans) et on n’a pas noté de bugs particuliers.

Ça ne glisse pas assez !

Côté gameplay, le constat reste mitigé pour plusieurs raisons. Au global, le gameplay est plutôt bon mais n’est pas assez simulation pour totalement convaincre. Les voitures sont un peu trop réactives sur les changements de direction, mais ne glissent pas assez au point que l’on se retrouve régulièrement dans de gros sous virages dans les portions sinueuses. Le frein à main est d’ailleurs un allié de choix, mais son effet n’est pas très naturel, donnant l’impression de déclencher un script faisant pivoter la voiture. Toutefois tout n’est pas noir, et une fois que l’on accepte cette physique qui reste plutôt naturelle, le plaisir vient. Le rythme reste primordial, c’est à dire qu’il est très important d’anticiper chaque action, et penser au virage qui suit celui dans lequel vous rentrez afin de ne pas devoir corriger votre sortie en catastrophe. Et c’est bien là le principal, bien que n’ayant pas le naturel d’un Richard Burns Rally et ses mods, nous sommes face à un pilotage plus sérieux qu’un DiRT. Vous l’aurez compris, la situation est un peu la même que sur WRC 3, tout en ayant évolué.

Immersion correcte

L’immersion en course reste assez semblable à son prédecesseur, avec des caméras assez réussies allant d’un mode casque aux vues plus classiques. L’impression de vitesse est très correcte, la peur augmentant au fur et à mesure que vous haussez le rythme à fond entre les arbres ! Du côté des sons, ce n’est toujours pas extraordinaire mais on les qualifiera d’acceptables. Petite nouveauté concernant WRC 4, vous aurez désormais la possibilité de parcourir des spéciales à divers moments de la journées, avec plus ou moins de visibilité. Bref là encore, rien n’est transcendant, mais le contrat est rempli.

Ultra classique

Passons désormais à la progression dans le jeu, avec une approche plus sérieuse que sur WRC 3. Les menus sont beaux, avec en fond des images réelles du championnat du monde des rallyes et pas de musiques criardes. Les modes de jeux ne sont en revanche pas du tout révolutionnaires, avec une carrière, un mode rallye simple et un mode de spéciale rapide. La carrière est on ne peut plus classique, en commençant sur les catégories inférieures jusqu’au WRC. La difficulté est réglable et permet donc d’avoir un jeu suffisamment bien dosé. Le contenu est assez similaires, avec chaque rallyes du championnat divisés en plusieurs spéciales qui sont en réalité des morceaux d’une très grande spéciales. Les tracés sont en revanche plutôt réussis et convaincants, avec un rythme varié et bien dosé. La liste des voitures n’est pas surprenantes, on retrouve notamment toutes les WRC actuelles, et même la Hyundai I20 WRC qui est actuellement en test avec l’engagement définitif de la marque.

Conclusion

En conclusion, Milestone réussit à nous proposer un vrai bon jeu de rallye grand public. Il ne comblera pas vraiment les puristes qui resteront surement sur RBR, mais offre une expérience plus authentique et sérieuse qu’un DiRT en restant accessible à tout le monde. Et il faut bien avouer aussi que ce jeu est manifestement réalisé par une équipe qui veut bien faire, car rappellons que’ leurs moyens sont limités et que la courbe de progression sur les 4 années qui viennent de passer est admirable. Bref, on aime les jeux de rallye, et on applaudira toujours quand un éditeur continuera de soutenir ce style de jeu… en attendant encore et toujours un héritier à la hauteur de Richard Burns Rally.


PGT aime : PGT n’aime pas :
  Du vrai rallye Le gameplay imparfait
  Plutôt joli Le contenu trop classique
  Du plaisir de pilotage N’arrive pas à faire oublier RBR
  Des spéciales bien tracées


Note technique : 14/20

Note gameplay : 14/20
Note générale : 15/20

EnFonde6 / Fabien est depuis son plus jeune âge un passionné absolu d'automobile dans sa globalité : il aime les 6 en ligne BMW, les Vtec Honda, les V12 Ferrari, les V8 AMG... bref tout ce qui a une âme ! A ses heures perdues, il est administrateur et rédacteur en chef de Planete-GT.

4 Comments

  1. slayer10

    4 novembre 2013 à 11:38

    J’attendais le test de ce jeu avec impatience, car je suis un vrai passionné de rallye.
    Cela dit au final, bien que j’ai appris pas mal de trucs, je n’ai pas toutes les réponses aux questions que je me posais.
    Pouvez-vous me dire si les voitures classiques (GrA, GrB, 70’s etc) sont toujours de la partie ou pas? Car dans le cas contraire, cet opus laisserait vraiment l’impression d’offrir beaucoup moins de contenu que le précédent, et ne justifierait donc pas l’achat.
    Idem pour le Safari Rally (DLC de l’opus précédent), est-il repris ou non?

  2. kartman21

    4 novembre 2013 à 12:52

    les caisses classiques ne sont plus de la partie, il ne reste que les modernes, et le rally safari n’est pas repris.

    Il y aura peut être des ajouts via DLC gratuits, ou pas…

  3. slayer10

    4 novembre 2013 à 2:07

    quel progrès!! Alors que pour des consoles en fin de vie on était en droit d’espérer plutôt un énorme WRC compilant les 4 saisons couvertes jusqu’alors (2010 à 2013)synonyme d’un véritable mode carrière, voilà qu’au contraire ils dégraissent en enlevant le sel qu’apportait le pilotage de vieilles caisses plus ou moins performantes. Quelle désastre! A croire qu’ils ne veulent pas le vendre leur jeu.
    Et si en DLC (payant, probablement) honte à eux, tout simplement

  4. EnFonde6

    4 novembre 2013 à 5:30

    Oui c’est vrai, c’est un point qui m’a totalement échappé, mais effectivement il manque ces anciennes voitures de rallyes ! Ça sent le DLC en effet…