Essai vidéo : Renault Clio 4 RS 200 châssis Cup

On a essayé la dernière née de la gamme Renault Sport, la Clio 4 RS 200 EDC ! Découvrez des photos, et de la lecture si la vidéo vous plait pas, c’est dans la suite !  

banniere site

Ce que j’écris ici vient compléter l’essai vidéo que je vous conseille donc de regarder pour pouvoir me suivre plus simplement.

Nous avons eu la Clio 4 RS équipé du chassis Cup pendant 5 jours, l’occasion d’observer comme il se doit comment la voiture se comporte entre sportivité et vie de tous les jours.

La bonne surprise !

Je vais aller droit au but, oui je me suis fait plaisir avec cette Clio 4 RS. Ce n’est pas très compliqué, je crois que le commun des mortels ne peut que se faire plaisir avec celle-ci à partir du moment où l’objectif est de rouler dans un esprit plaisir et sportivité. Cette force s’explique en très grande partie par la qualité du châssis qui sait réellement vous mettre en confiance. Un sentiment qui se renforce lorsque vous prenez conscience de la marge de progression qu’il existe entre le moment ce que vous percevez comme une certaine limite de conduite et ce qu’elle peut réellement encaisser sans broncher dans les mains d’un véritable pilote (Olivier Panis en l’occurrence).

C’est d’ailleurs un point très appréciable ici, la capacité que vous offre la voiture de progresser dans votre conduite. La sécurité qu’elle vous offre de par sa tenue de route surprenante et son freinage plus qu’efficace, ainsi que ces différents mode de conduite vous permettront d’apprendre, à votre rythme, à la pousser plus loin.

La boite à double embrayage et l’arrivée des palettes au volant était plus ou moins la grosse surprise de cette dernière née dans la gamme Renault Sport. Certains pensent que c’est une dénaturalisation du plaisir de conduite, mais un essai du véhicule pourraient sérieusement leur faire changer d’avis. Et j’écris ceci alors que je ne cracherais jamais sur le plaisir du passage de rapport en manuel. Mais sérieusement le plaisir des doubles clics sur la palettes ont également leur charme.

essai-video-clio-4-rs-200-photos (24)

Toujours est-il que cette nouvelle boite auto aura su nous convaincre. Cela aura pris un peu de temps mais sincèrement les palettes au volant c’est quand même bien sympa. Renault Sport a décidé de réellement offrir de la nouveauté, et après tout c’est bien ce que l’on demande à nos constructeurs.

Ce qui suit ne prend pas en compte le mode Race que l’on a préféré laissé de côté au vue de la météo qui comme à chaque fois, n’était pas avec nous et de notre fatigue extrême.

Design, esthétique, confort

Je ne vois qu’un réel bémol sur la Clio 4 RS 200 EDC, c’est la qualité de son habitacle. On sent un véritable manque de soin sur la voiture et elle mériterait de pouvoir offrir une très bonne prestation. Maintenant tout cela n’a rien de surprenant, pour maintenir un certain prix tout en offrant certaines innovations, il faut parfois faire des choix. Des choix que beaucoup accepteront sans broncher après avoir conduis la Clio 4 RS mais j’avoue qu’en face la Peugeot 208 GTi est bien au dessus à mes yeux.

essai-video-clio-4-rs-200-photos (12)

Côté design, le travail effectué est plutôt réussi. Principalement sur la face arrière, qui gagne tout le caractère que mérite une version Renault Sport. Je suis un peu plus mitigé pour la partie avant de la voiture qui finalement ne gagne qu’un pare choc sport. En terme de compromis c’est intelligent, car avec cette seule pièce, la voiture prend un autre visage, peut être celui que j’aurais souhaité pour la Clio 4 de base.
Ca c’est pour l’avis après la première découverte, après avoir passé 5 jours en sa compagnie. Je suis globalement séduit, les choix de Renault Sport permettent d’avoir une Clio 4 RS qui malgré tous les éléments axés sport sait se faire discrète. Preuve en est même avec notre version jaune syrius que l’on pensait plutôt tape à l’oeil et qui finalement n’a pas attirée tous les regards. C’est plutôt du côté des connaisseurs que les regards venaient et c’est une bonne chose.

Globalement elle est belle, du genre vraiment belle, j’ai envie d’applaudir Renault en fait :). En effet, si au départ la Clio 4 me paraissait comme une rupture brutale avec l’identité Renault, le nouveau design commence à se développer sur d’autres modèles et donc je commence à mieux l’assimiler. Et à mon sens, Renault est sur la bonne voie en ce qui concerne le design extérieur, c’est déjà une très bonne base pour vendre.

Espérons que Renault Sport nous sortira d’ici quelques temps une version plus énervé, je crois qu’il y a matière à aller encore plus loin, ne serait-ce qu’en terme d’agressivité.

Clio 4 RS au quotidien

J’ai pu rapidement entrer dans le vif du sujet car après avoir récupérer notre modèle d’essai sur Paris, je suis immédiatement redescendu sur Lyon. L’occasion parfaite de voir en action le niveau de confort offert par notre petite sportive.

essai-video-clio-4-rs-200-photos (33)
On commence par les phases d’autoroutes dans lesquelles la voiture s’en sort très bien. Je vous avouerais même qu’en stabilisé à plus de 130km/h, le moteur se fait très discret permettant de ne pas agresser ses passagers avec un niveau sonore excessif. C’est en fait du côté du pare brise que j’ai noté une gène légère avec le son du vent que l’on captait réellement. Reste à savoir si cela est propre à notre modèle d’essai ou plus général.

A la chose près que si vous enfoncez la pédale ce n’est plus la même histoire ! Avec un sound pipe répercutant le son du moteur dans l’habitacle et le sympathique souffle du turbo ça peut vite faire un peu de bruit. Ce fut d’ailleurs mon petit point frustration, ne pas pouvoir faire parler la machine pour le bien être de mes passagers.

Avec le châssis Cup, la Clio arrive à maintenir un confort plus qu’acceptable. On sent bien évidemment la rigidité supérieur des suspensions qui pourra d’ailleurs vous travailler un peu sur les longs trajets. Un sacrifice que j’accepte sans problème lorsque l’on sait ce que la voiture permet en conduite sport. Et pourtant elle se débrouille bien lorsqu’on est en ville ou ailleurs malgré le feeling sport qui reste toujours présent.

En réalité cette Clio 4 RS m’a posé 2 véritables problèmes, dont un qui en réalité est une qualité. Pendant les 5 jours à son volant, la voiture n’a cessée de m’attirer vers les joies de la conduite plaisir. Vous savez, celle qui demande d’enclencher le mode Sport et d’accélérer autant que possible et s’orienter vers les petites routes reculé. Cette conduite qui fait d’ailleurs rapidement apparaître une contradiction entre la recherche de plaisir et le code de la route.

Et mon véritable problème, c’est la consommation ! En effet malgré tous les efforts fait par les constructeurs, une sportive reste une voiture qui consomme beaucoup. Difficile d’accepter de ne pouvoir faire un aller Lyon Paris sans pouvoir éviter un passager à la pompe. Certains n’y verront aucuns inconvénients mais à mes yeux cela représente un budget conséquent.

essai-video-clio-4-rs-200-photos (34)

Au cours de l’essai on aura fait 1727 kilomètres pour 181 litres d’essences consommés ce qui nous donne une moyenne de consommation de 10,5 litres. Ça fait mal ! 🙂 Et pourtant c’est plus ou moins raisonnable semble t-il mais faut le vouloir quand même. Dur d’accepter de ne pouvoir faire un Lyon-Paris sans pouvoir esquiver en fin de trajet la station essence. Heureusement les clients de ce type de voiture sont bien au fait de la chose.

Ces deux points font de cette Clio 4 RS 200 une voiture que j’aurais tendance à m’offrir en seconde voiture, mon petit jouet à sortir le week end. Mais pour kiffer sévèrement !

Double embrayage, palettes et 200 chevaux

On commence avec les palettes, le feeling est vraiment sympa, elles sont grandes et tombent bien sous la main. Ce serait les mêmes que l’on retrouve sur la Nissan GT-R et disons que c’est pas mal pour flatter l’égo 🙂

En terme de puissance ressenti, il ne faut pas s’attendre à des poussées brutales. Les 200 chevaux sont bien présents mais ne vous blesseront à aucun moment la nuque. Mais concrètement j’ai été surpris par le plaisir ressenti, de ce côté on est bien au dessus de la Peugeot 208 GTi qui pourtant indique des performances équivalentes. Cela s’explique certainement par un son moteur bien plus présent et une position de conduite relativement basse qui participent implicitement à l’ambiance sport.
Et très sincèrement ça pousse comme il se doit, on arrive très vite à des vitesses pas très légales et il vous faudra souvent jeter un oeil au compteur pour ne pas avoir de soucis. Mais je dis oui !

L’arrivée de la boite à double embrayage permet à cette Clio 4 RS de nous offrir des petites nouveautés qui permettent de renouveler un peu l’expérience de conduite pour les habitués des boites manuelles. Cela n’avait pas plu à tout le monde mais en ce qui me concerne, j’apprécie le parti pris, c’est ce que l’on demande aux constructeurs, de l’innovation. Et ici elle permet en plus d’avoir un véritable choix parmi tout les constructeurs en place sur ce segment. Mais rentrons dans le vif du sujet, l’efficacité de cette technologie.

essai-video-clio-4-rs-200-photos (2)

J’ai commencé par tester un peu la boite auto EDC, efficace le mode normal paraît assez étrange au départ. Il ne passe pas la vitesse quand on le souhaiterait et c’est légèrement frustrant. Toutefois il y a certainement une logique d’économie en consommation dans tout ceci puisque ici je fais mention du mode normal. Il m’aura fallu quelques heures derrière le volant pour me faire à cette boite auto qui avec le temps prend du sens. Mais je me suis quand même très souvent retrouvé à intervenir sur les palettes.

Le mode sport change un peu la donne, une pression sur le bouton et de suite le régime moteur remonte légèrement. Un peu comme si le 1,6 litre turbo disait: « Ayé ! On fait péter les 200 chevaux quand tu veux ! » A partir d’ici le concept est simple, il faut appuyer à fond jusqu’au premier virage et hop pied sur le frein. Mais pas trop fort ou vous taperez le volant (ça freine vraiment bien !). On se lance alors dans le virage et c’est à moment que le châssis Cup et les pneus sport te disent très clairement : « Petit joueur, va plus vite, on gère nous ».

Le point un peu frustrant du mode Sport, c’est qu’une fois le rupteur atteint, la boite passe automatiquement au rapport supérieur, et ce même si vous êtes en mode manuel. Juste avant ce passage automatique, alors que vous êtes en mode manuel, j’espère que vous me suivez, un bip sonore indique le moment idéal pour passer le rapport. Au début c’est amusant après je vous avoue que c’est un poil saoulant à la longue, j’aurais souhaitais pouvoir le désactiver et pouvoir m’en tenir à l’indicateur visuel.
Mais ce passage de rapport forcé même en manuel a dans mon cas généré une sorte de flemme de passer le rapport. En effet, puisque la boite va le faire automatiquement c’est un peu étrange comme logique, mais je suis peut être le seul à pensé ça.

Il n’y a que le mode Race qui permet un contrôle absolu sur la boîte et je vous avouerais que la très grande fatigue dont j’ai été la victime pendant cet essai m’ont poussé à le fuir. Les aides sont toutes désactivées dans ce mode et la météo pluvieuse ne m’inspiraient pas une grande confiance. C’est un peu bête, car au moins pour tester la rapidité des passages des rapports en comparaison au mode Normal et Sport, j’aurais pu m’y attarder. Mais bon, on apprend de ses erreurs malheureusement/heureusement, et je note donc pour les prochains essais.

essai-video-clio-4-rs-200-photos (32)

Quelques mots sur le levier permettant de gérer le passage de rapport lorsqu’on ne veut pas utiliser les palettes. Le feeling n’est pas très plaisant à mon goût, tout d’abord parce le niveau de finition fait vraiment low cost au toucher avec notamment une gâchette en plastique chromé très bof.
Pour passez les rapports il suffit de tirer vers vous pour passer le rapport supérieur et pousser pour rétrograder. Malheureusement pour moi, il manque ce petit effet « clic » que je trouve si sympa sur les palettes. Je me suis donc retrouver à tester rapidement le système mais nous ne sommes pas aller plus dans notre relation, ça ne passait pas entre nous.

Je finis avec la vitesse des passages de rapports, un point un peu étrange. Je l’avais entendu ailleurs et j’ai pu l’expérimenter, c’est un peu long. Rien de méchant, mais naturellement on a tendance à vouloir quelque chose de plus incisif et ce n’est pas le cas. Avec le temps on se rend compte que c’est plus qu’il n’en faut pour trouver le plaisir que peut offrir la Clio 4 RS et sérieusement la présence de cette transmission à double embrayage autorisant un contrôle aux palettes fut un véritable plaisir pour moi. Une vision de la conduite sportive qui mérite que l’on s’y attarde.

Conclusion <3

C’est pas très compliqué, je l’aime cette Clio 4 RS 200 EDC ! Je ne savais pas à quoi m’attendre lors de ma première rencontre avec la sportive et j’attendais avec impatience cet essai pour me faire un réel avis sur la voiture. Renault Sport a réellement réussi à nous offrir une très belle proposition qui ne blague pas face à la concurrence. J’aurais peut être souhaité avoir une version au moins équipée du R-Link car le Media Nav c’est pas trop ça. Mais tout ceci n’est que détails et les qualités de la voiture surpassent tous les points négatifs, c’est pas tous les jours que je trouve qu’une voiture vaut réellement son prix et là c’est définitivement le cas.

J’aurais voulu l’avoir plus longtemps, car cette version Renault Sport me semble être une expérience qui s’affine avec le temps. Au point qu’il faut prendre le temps de l’apprivoiser et de grandir avec pour en tirer toute l’essence. Si vous en avez l’occasion essayez la, car face à une Peugeot 208 GTi par exemple, s’il n’était question que de sportivité, c’est elle que je choisirais et c’est la plus bad ass des deux.

Kwamé est un touche à tout ! Spécialiste de l'image et la vidéo, quand il n'est pas derrière les essais vidéos de Planete-GT, il réalise pour les autres et développe d'autres projets.

8 Comments

  1. EnFonde6

    20 mai 2013 à 7:27

    Elle me manque cette voiture ! 3h à rouler à rythme soutenu sur des petites routes, ça m’a suffit à me convaincre alors que je partais avec un à priori négatif.
    Bon quand je reprends ma voiture, je suis content de retrouver un atmo et une boite manuelle quand je me fait plaisir, mais je ne suis plus triste à l’idée de me retrouver un jour avec une voiture comme ça. Une chose est sûre, et c’est ce dont j’avais peur, c’est pas « chiant » à conduire, c’est très addictif ces palettes.
    Le châssis est vraiment terrible, même si sur le papier le train avant est moins perfectionné que la C3RS, sur route, on est rarement aux limites quand même, donc ça ne se sent pas trop, et c’est surtout le train arrière que je trouve excellent, il vient systématiquement enrouler et faire tourner la voiture, c’est juste génial !
    Pour la conso, je relativiserais, car ces voitures ne sont pas faites pour rouler sur autoroute, et avec des grosses jantes, à 130 et +, ça a tendance à monter assez vite. Et comme à côté de ça on a roulé « comme des fous », c’est pas si énorme que ça. Je suis à + de 8L en roulant normalement avec une Fiesta ST 150, en roulant à + de 130km/h et en attaquant fort à côté, je pense que je dois être avec une conso semblable.
    Bon et sur l’intérieur, 100% d’accord, c’est franchement pas terrible.

  2. Le TAV

    20 mai 2013 à 8:30

    il y a un test face a la concurrence (tf1), sur circuit la 208 gagne haut la mains.

  3. ZeBigK

    20 mai 2013 à 8:39

    J’en ai entendu parlé, après on a pas testé dans des conditions extrêmes ou sur circuit que ce soit l’une ou l’autre. Donc en terme de feeling sport j’ai eu plus de sensation dans la Clio RS. La 208 GTi me paraît plus asceptisé.

    Mais j’ai bien envie de faire un petit comparo vidéo réalisé par nos soins à l’occasion.

  4. Tannerkid

    21 mai 2013 à 12:25

    En tout cas ça se voit que vous l’avez apprécié, d’ailleurs, on voit quand même que ce test est beaucoup plus poussé que celui de la 208 GTi.

  5. EnFonde6

    21 mai 2013 à 8:16

    L’essai est plus poussé que la 208 car nous avons eu à dispo la voiture pendant quelques jours, alors que pour la 208 GTI, c’était une journée organisée par Peugeot, du coup ZeBigK n’avait pas pas une équipe et le temps de prévoir le tournage 😉

  6. Pascal

    21 mai 2013 à 2:54

    Une bombinette que j’aimerais beaucoup avoir dans mon garage !

  7. sebastien

    21 mai 2013 à 4:05

    Bonjour a tous, ce test fait plaisir a voir car je n’est pas pu l essaye longtemps mais c’ est le meme ressenti que j’ai eu. vehicule acheté, en jaune sirus, pack cup, et siege en cuir la totale quoi livraison debut juillet me tarde…

  8. Clio4rs.fr

    25 mai 2013 à 2:56

    Bonjour à tous !

    Ce test est vraiment sympa, il va bientôt avoir le droit d’aller sur le site de la clio 4 rs 🙂

    Allez faire un tour, il vient juste d’ouvrir, il est dédié à la clio 4 rs, il y aura rapidement des mises à jour 😉

    http://www.clio4rs.fr