WRC Powerslide : Le test vidéo + texte

En marge des WRC « classiques », Milestone s’aventure dans un style arcade très différent pour rentabiliser sa licence WRC. Vraie bonne idée ou moyen facile de faire de l’argent ?

Déjà en charge des 3 derniers WRC, responsable des SBK et ayant récupéré le MotoGP cette année, Milestone est spécialisé dans les jeux de course. Mais c’était jusqu’alors des jeux plutôt sérieux et réalistes, ce qui explique pourquoi l’annonce de ce WRC Powerslide a été une surprise en fin d’année dernière. En effet, ce jeu se veut être une sorte de mélange entre Mario Kart et Micromachines, et il ne sort qu’en format dématérialisé sur Xbox et PS3 contre environ 10€. A noter avant de commencer que nous avons testé le jeu sur Xbox 360.

WRC 3 style

Graphiquement, pas de surprise si vous connaissez déjà WRC 3 puisque Powerslide utilise sensiblement le même moteur graphique. Du coup, on retrouve un jeu plutôt joli pour un jeu arcade, avec des environnements crédibles et des voitures fidèlement reproduites… Et pour cause, puisque les spéciales et voitures sont purement et simplement issues de WRC 3. Néanmoins, il ne faut pas attendre des détails en pagaille et certaines textures, comme celles de l’eau, sont parfois assez horribles. Notons aussi qu’il peut y avoir des ralentissements lorsque l’on passe dans certains villages.

Nerveux et plaisant

Côté gameplay, c’est plutôt une bonne surprise. La première chose qui frappe, c’est le caractère très vif, très incisif des voitures qui rend la conduite très nerveuse. Il faut beaucoup jouer sur la glisse : l’éviter pour rouler vite, l’utiliser pour se ralentir au point que l’on peut parfois se passer du frein ! Et du fait des tracés des spéciales de rallye qui sont les mêmes que sur WRC 3, on se retrouve sur des pistes assez technique, ce qui rend ce pilotage très arcade finalement très amusant puisqu’il faut travailler son rythme. Toutefois, je trouve que les voitures sont trop légères, ce qui est parfois fun lors que l’on prend des bosses, mais qui l’est beaucoup moins lorsque vous vous retrouvez en tonneau dans les airs après un choc avec l’IA.

Power-down

Passons désormais aux courses, et donc au coeur de ce jeu : les power-up. En effet, à la manière d’un Mario Kart, vous ramasserez des bonus sur la piste qui vous serviront à aller plus vite ou ralentir vos adversaires. Peu d »originalité ici, vous avez un boost, un bouclier, un éclair qui arrête net le premier, une onde de choc qui percute la voiture de devant, un nuage de poussière et un nuage de glace qui enlève toute la motricité des adversaires devant. Le problème ici, c’est que les développeurs semblent avoir posé ces bonus sans réfléchir vraiment à un système de jeu amusant, et du coup ça n’a quasiment aucun intérêt  si ce n’est de vous énerver. Si vous êtes devant, vous avez du boost ou des boucliers, et à chaque fois, les adversaires auront des armes offensives contre lesquelles vous ne pouvez rien faire. Et le plus énervant, c’est que l’IA ne semble pas souffrir autant des attaques que vous ! De plus, l’IA est assez frustrante puisqu’elle vous sortira régulièrement en vous mettant en tête à queue, tandis qu’il est presque impossible pour vous de le faire.

Ennuyant et répétitif

Sur le contenu, il n’y a qu’un mode de jeu en solo. Il comporte 8 rallyes composé de 3 spéciales reprises de WRC 3 tandis que l’on retrouves les trois classes de voitures habituelles : WRC, S2000 et Groupe N. La progression se fait par les victoires de spéciales avec chaque classe de voitures qui permet de débloquer une autre voiture ou la spéciale (ou le rallye) suivant. La durée de vie n’est donc pas si mauvaise avec plus de 5h, mais le jeu est rapidement très répétitif et on a pas vraiment envie d’aller tout gagner… Et si l’on pouvait s’attendre à un jeu très axé sur le multijoueur, ce n’est finalement pas le cas puisque le online, bien qu’il fonctionne sans problème, est ultra simpliste. Il n’y a pas eu de recherche de modes amusants, et rien à y gagner, ce qui entraîne fatalement qu’on s’ennuie très vite. Plus grave encore, il n’y a pas d’écran splitté pour se faire des parties rapides avec les amis lors d’une petite soirée.

Conclusion

Au final, WRC Powerslide n’est pas un mauvais jeu, mais ce n’est clairement pas un bon jeu non plus. On sent vraiment que Milestone a voulu amortir un peu plus l’achat de la licence du WRC en recyclant WRC 3 pour en faire un jeu d’arcade en utilisant les bases que tout le monde connait. Mais il n’y a pas de recherche pour faire quelque chose de vraiment amusant et original, et on se retrouve avec un jeu finalement très ennuyant après la première heure. Heureusement, le gameplay est réussi et on peut prendre un peu de plaisir en online, mais ça n’est pas suffisant à mon sens pour justifier son achat.


 

PGT aime : PGT n’aime pas :
 Le gameplay La mécanique de jeu simpliste
 Les graphismes L’IA énervante
 L’idée de départ Trop répétitif
Online trop basique
Pas d’écran splitté


Note technique : 14/20

Note gameplay : 14/20
Note générale : 11/20

wrc-powerslide-milestone


EnFonde6 / Fabien est depuis son plus jeune âge un passionné absolu d'automobile dans sa globalité : il aime les 6 en ligne BMW, les Vtec Honda, les V12 Ferrari, les V8 AMG... bref tout ce qui a une âme ! A ses heures perdues, il est administrateur et rédacteur en chef de Planete-GT.

1 Commentaire

  1. Maude

    25 mai 2013 à 12:17

    Merci pour cet test. Dommage en effet que le jeu soit trop orienté arcade, en terme de gameplay on avait connu bcp mieux notemment sur WRC 3. maintenant le mode multijoueur est toujours sympa 🙂