F1 2011 : Le test

La Formule 1 avait fait un retour remarqué sur nos consoles et PC l’année dernière avec le très bon F1 2010. Codemasters remet le couvert à l’occasion de la saison 2011 et la question qui se pose est clairement « Mise à jour ou nouveau jeu ? ».

Les jeux de Formule 1 ont toujours été un classique depuis les débuts de l’histoire des jeux-vidéo. Mais ils avaient progressivement disparus ces dernières années jusqu’à ce que Codemasters, grand spécialiste des jeux de course déjà responsable des Colin McRae Rally et Toca Race Driver, décide d’acquérir la licence en 2009. Premier jeu de F1 de l’ère Codemasters, F1 2010 nous avait clairement séduit l’année dernière avec une très bonne retranscription de l’ambiance de la F1. Naturellement, une version 2011 du jeu nous est proposée cette année avec son lot de promesses. Mais le risque de ce genres d’épisode annuel, c’est sans conteste de ne pas vraiment en proposer davantage que son ainée, et c’est bien ce que nous allons tenter de déterminer dans ce test. Sachez que le jeu a été testé en majorité sur Xbox 360 à la manette mais qu’il a aussi été essayé (moins longuement) sur PC avec un Logitech G25.

Le même, en légèrement mieux

Comme toujours, commençons ce test en parlant des graphismes. De ce côté-là, F1 2010 n’avait déjà pas de faiblesses et c’est la même chose pour l’édition 2011. L’Ego Engine de Codemasters est toujours au top de sa forme en proposant un rendu tout à fait au niveau des exigences actuelles. Néanmoins, il faut tout de même avouer que les différences avec son prédécesseur sont plutôt minimes. On notera par exemple des bâtiments pas toujours très beaux où bien des personnages d’aspect un peu daté. Du côté des monoplaces en revanche, les voitures sont très bien reproduites tandis que les circuits sont fidèles à la réalité. En outre, les effets météorologiques comme la pluie sont toujours aussi impressionnants avec des gerbes d’eau aveuglantes (cf vidéo de gameplay). Notons aussi que le rendu des dégâts n’a finalement pas vraiment évolué avec toujours sensiblement les mêmes effets lors de différents crashs ou contacts. Enfin, le jeu ne souffre pas outre mesure d’aliasing ou de clipping et le tout apparait fluide quelque soit les conditions.

Fantastique au volant

Du côté du gameplay, nous partions là-encore sur une bonne base. Il n’y a pas d’évolutions fondamentales dans ce F1 2011 même si la conduite apparaît un peu plus fine notamment sur les transferts de masses. A nouveau, le jeu n’est pas parfaitement jouable à la manette du fait des trajectoires tendues que demandent une F1, ce qui impose de placer la voiture sur une trajectoire avec précision, chose que l’on ne peut pas vraiment faire avec la manette qui aura tendance à vous faire donner des à-coups dans la direction. C’est une toute autre chose au volant, puisque le jeu apparait comme un véritable bonheur en proposant des sensations proches de la perfection. Vous aurez la sensation d’être une sorte de héros avec des moments de grâce dans certains enchainements sur certains circuits (le raidillon de Spa, le circuit de Monaco dans sa globalité…) tant le jeu est prenant. La difficulté de prise en main peut être assez précisément réglée grâce aux aides au pilotage pouvant rendre le jeu très facile comme extrêmement difficile sans assistance sous la pluie. De plus, nouveauté de cette saison, vous devrez gérer le KERS (une sorte de boost limité en quantité par tour) et le DRS (dispositif aérodynamique permettant d’augmenter la vitesse maximale dans certaines conditions). Ces deux éléments sont parfaitement intégrés et demandent une bonne dose de stratégie pour être vraiment efficaces.

Une I.A. à la hauteur

Point central de tout jeu de course, l’IA a été revue afin de régler certains problèmes de F1 2010. Cette dernière est assez performante et très incisive en n’hésitant pas à profiter de la moindre faille de votre pilotage. De plus, elle est plutôt consciente de votre présence sur la piste, c’est-à-dire qu’elle ne se rabattra quasiment jamais sur vous et évitera de manière générale les collisions quand cela est possible. En outre, selon le niveau de difficulté choisi, vous pourrez parfaitement adapter l’IA à vos capacités, jusqu’à devenir franchement dur pour un joueur « moyen ». En outre, le bug dans les stands qui vous empêchait de ressortir quand une voiture était dans la voie des stands a été corrigé. De plus, autre nouveauté, l’arrivée de la Safety Car qui entre en piste lors d’un accident qui est plutôt bien gérée bien que cela ne soit pas un ajout révolutionnaire dans les faits puisque vous ne la verrez que très très peu souvent.

Totale immersion, ou presque

Au niveau de la carrière et de l’immersion, Codemasters reste maître en la matière. En effet, comme pour F1 2010, vous ne faîtes pas qu’enchainer les courses puisque vous aurez toujours à répondre à des questions des journalistes, même si elles ne sont pas bien différentes. De plus, quelques petites cinématiques ont été ajoutées avec une scène de joie lorsque vous remportez une pole position ou une course. Toutefois, il n’y a toujours pas de podium, certainement parce que vous jouez un pilote anonyme qu’il faudrait placer au milieu des stars. Le déroulement d’une saison est assez classique mais très complet : vous commencez par signer un contrat, puis vous ferez vos courses et vous recevrez au final des propositions d’autres équipes selon votre niveau de performances durant la saison. Du côté des courses, vous pouvez, au choix, effectuer un week-end long (3 séances d’essais, qualifications en 3 parties) ou court (1 séance d’essai, 1 qualification) tout comme vous pourrez choisir de n’effectuer que 3 tours où l’intégralité du Grand Prix avec plus d’une heure et demi de jeu. Dans ce dernier cas, l’utilisation des pneus est primordiale puisqu’ils s’usent aussi vite que dans la réalité, laissant énormément de boules de gomme sur la piste ! Bref, à nouveau, on vous propose dans F1 2011 de vivre une saison complète de Formule 1 dont la durée de vie peut être énorme.


Merci à ZeBigK pour cette vidéo !

A plusieurs, c’est encore mieux

Autre point important dans ce F1 2011, le multijoueur. En effet, nous retrouvons le multijoueur en ligne classique qui propose désormais d’affronter 15 autres adversaires (+8 IA) au lieu de 11 auparavant. Cela permet d’avoir des courses de folie, d’autant plus que les pénalités permettent en partie d’éliminer les tricheurs. Mais ce n’est pas tout puisqu’un mode de carrière en coopération en ligne a été ajouté au jeu. Vous devrez affronter un autre joueur sur une saison dans une même équipe pour prendre le dessus sur lui. Toutefois, ce mode manque d’intérêt si vous n’avez pas un ami fiable et fair-play pour jouer avec vous et l’IA est curieusement lente dans ce mode. En outre, dernier ajout au multijoueur, demandé par de nombreux joueurs : le mode en écran splitté qui fait son grand retour. Vous pourrez, dans ce mode, vous construire une saison de F1 en enchainant les courses comme vous le voulez en établissant un calendrier.

Conclusion

Au final, et sans surprise, F1 2011 est un excellent jeu. Mais la question à laquelle il faut répondre, c’est « Vaut-il d’y remettre 55-70€ si on a déjà F1 2010 ? ». Si vous êtes un grand fan de Formule 1, sans aucun doute puisqu’en outre de la nouvelle saison, le jeu a évolué dans de nombreux (petits) domaines et en propose clairement plus. Si vous n’êtes pas particulièrement un fan du genre, sachez tout de même qu’il vous en offrira sensiblement autant que son prédécesseur, sans que cela justifie totalement un nouvel investissement. Et si vous n’avez pas F1 2010… Foncez ! En effet, F1 2011 est un jeu à la fois beau, très agréable et facile à prendre en main, proposant un challenge de qualité, avec une belle immersion dans le monde de la Formule 1 et ne souffrant d’aucun véritable défaut. Codemasters est décidément toujours maître dans l’art du jeu de course, vivement la suite (Grid 2 ?) !

———————————————————————————————————————————————-

PGT aime :                                                                                                                                    PGT n’aime pas :

Le gameplay                                                                                                                 Trop proche de F1 2010 ?
L’immersion                                                                                                                Les temps de chargement
L’IA                                                                                                                                      Christophe Malbranque
Le contenu
Le multijoueur

Note technique : 17/20
Note gameplay : 17/20
Note générale : 17/20

———————————————————————————————————————————————-

EnFonde6 / Fabien est depuis son plus jeune âge un passionné absolu d'automobile dans sa globalité : il aime les 6 en ligne BMW, les Vtec Honda, les V12 Ferrari, les V8 AMG... bref tout ce qui a une âme ! A ses heures perdues, il est administrateur et rédacteur en chef de Planete-GT.

6 Comments

  1. Brume

    5 octobre 2011 à 3:55

    Juste dommage qu’il soit raté sous ps3.. ce que je pige toujours pas

  2. EnFonde6

    5 octobre 2011 à 4:42

    Ah ? Tu peux développer ? Comme je ne l’ai testé que sur 360 et PC, ton retour peut être intéressant !

  3. Heyden

    5 octobre 2011 à 4:46

    Tu peux rajouter dans la catégorie « PGT n’aime pas » : Les graphismes (sur PS3).

    Graphiquement parlant, F1 2011 est moins bon que le 2010 sur PS3.

    Passant de F1 2011 sur PC pour aller sur du multi sur PS3, sa pique les yeux et même très fort.

  4. Brume

    5 octobre 2011 à 10:53

    Vi c’est exactement ça, graphiquement, le pauvre est massacré, c’est quand même dérangeant quand tu débarque du 2010.

    J’ai pas assez jouer encore pour finalisé mon avis, mais ça m’a vraiment, vraiment choqué, et encore plus dans les stands ou même le texte sur le petit écran est vraiment très laid.

  5. Punisher

    11 février 2012 à 7:20

    Peut ont affronter des joueurs de F1 2011 ps3 avec le même jeu sur pc ?

  6. EnFonde6

    11 février 2012 à 7:28

    Je pense que non, mais je n’ai pas essayé, donc je n’en suis pas sûr à 100%.