Championnat VLN – Manche 4 – Un week-end au sein du DTI Racing

Le Nurburgring, on commence à connaitre, notamment grâce à sa boucle nord, la Nordschleife, mythique tracé tortueux dans les montages de l’Eifel. Chaque année ont lieu les 24 Heures du Nurburgring. D’une renommée moindre comparée aux 24 Heures du Mans, cette course n’est pas la seule à être disputée sur le tracé de 24 km combinant la Nordschleife et une partie du circuit F1. En effet, plusieurs fois par an, la région et ses forêts résonnent et vibrent au son des moteurs rugissants et hurlants des voitures de course qui s’affrontent sur la piste. Pour quelle raison? Pour le championnat VLN, une formule regroupant de nombreuses catégories allant des GT3 aux voitures de 1600cc, en passant même par les diesels. Un tel paddock représente parfois plus de 200 voitures en piste, prenant le départ par groupes (au nombre de 3 en général), pour aller jouer des portières et des coudes dans l’Enfer Vert.

Si vous avez lu mon article retraçant ma première virée au Nurburgring avec ma Twingo RS lors des journées ouvertes au public (Touristenfarhten), vous savez à quel point cette piste mythique est exigeante, impressionnante et sans pitié, ses rails faisant de nombreuses victimes parmi les voitures en compétition notamment. Alors essayez d’imaginer 200 pilotes en découdre sur cette piste, à des vitesses absolument folles et hallucinantes, luttant pour posséder littéralement chaque centimètre carré des presque 25 km de bitume sinueux et serpentant  entre les collines de la région.

Voilà, le décor est posé. C’est dans cet environnement grisant et hostile, attrayant mais dangereux, que j’ai rejoins le DTI Racing Jeudi dernier pour entamer 4 journées de folie dans le monde ultra compétitif du championnat VLN.

Jeudi soir : arrivée sur place, parti du travail assez tôt (tant pis pour les heures sup! Le Ring appelle, on doit répondre présent!) pour être sur place vers 17h histoire de faire quelques tours sur la piste avant que le weekend de course commence.

J’ai retrouvé un autre membre du forum, qui m’a donné le virus (et pas seulement à moi) du Ring et qui est accessoirement mon « prof » en terme de pilotage sur piste, tout spécifiquement sur le Ring puisque Taurim aka Serge accumule actuellement largement plus de 3oo tours! 4 tours en passager de son 350Z me renvoient sur les bancs de l’école, ça va vite, très vite, et Serge sait ce qu’il fait, donc aucune peur à avoir, mais quand même, ça va super vite! Je finis cette soirée piste avec un tour dans ma Twingo RS pour tester mes nouveaux pneus, le verdict tombe : les semi-slicks sont une merveille sur ce tracé qui demande un chassis et des liaisons au sol parfaits.

On finit la soirée avec un bon resto et quelques bières à l’hôtel en attendant l’arrivée du team. Ils pointeront enfin le bout de leurs phares juste après minuit, alors que Serge pique fortement du nez!

C’est alors un plaisir de faire enfin la connaissance des différents membres du team, fatigués des 8h de trajet depuis Paris mais tout de même partants pour une petite bière ou deux avant le dodo. Les deux pilotes sont donc Frank Grossetête et Philippe Gehin, et le reste de l’équipe est composé de Noël, Michel, Jean-Louis, Stéphane, Aurélien, mais je crois en oublier un (difficile de retenir tous les prénoms d’un coup …).

 

Vendredi matin : levé assez tôt pour filer au circuit et tout installer pour les 2 jours à venir. Le Vendredi sera consacré à des baptêmes pour le sponsor et ses invités. Samedi matin sera le théâtre des essais qualif, et de 12h à 16h ce sera la course.

Les baptêmes se dérouleront très bien, avec des passagers ravis de leurs tours de F1 et Nordschleife.

Pour ma part, je profite de l’occasion pour tourner un peu dans les paddocks et prendre un peu tout en photo. Les stands regorgent de Porsche, SLS AMG et autres BMW, sans parler des Clio RS qui constituent une partie énorme du plateau, même si toutes ne verront pas le bout du weekend. L’ambiance est très sympa, on peut aller partout (même pour les spectateurs) et rentrer dans les box, accéder aux voitures et aux pilotes sans aucun soucis. Bref, c’est détendu!

 

Mais alors que les heures passent, la pression monte et avec la journée du Vendredi qui se termine, nous partons tous dormir (assez tard encore une fois) pour être au top pour attaquer la journée du Samedi de la meilleure façon possible.

 

Samedi : malheureusement, il faudra l’oublier ce Samedi!

Le DTI Racing aura joué de malchance toute la journée. La matinée, consacrée aux essais qualif, sera écourtée et ruinée à cause d’un problème d’alimentation en carburant sur la Mégane (qui tourne au diesel je le rappelle). Bilan, voiture arrêtée à quelques centaines de mètres de l’entrée des stands, et interdiction d’aller la chercher avant la fin des qualifications.

L’équipe récupère finalement la voiture et partira du fond de la grille de départ. Dommage, on aurait pu faire un bon temps, mais la course est longue, on peut toujours remonter.

 

Je pars sur le circuit pour faire des photos du départ, mais une fois de plus, la malchance frappe à la porte du stand de l’équipe. La voiture boucle seulement le tour de chauffe et arrivée au milieu du circuit F1 lors du premier tour, plus de puissance, obligé de complètement éteindre et redémarrer la voiture. Elle passera finalement la première heure et demie dans les stands, entre les mains des mécanos. Sur le bord de la piste, je désespère de voir passer la belle, et retourne donc aux stands pour retrouver le team et prendre quelques (mauvaises) nouvelles.

La voiture finira par repartir, pour boucler au total 8 tours de piste, dont seulement 3 d’affilée, les problèmes n’étant pas totalement résolus (ce sera visiblement chose faite à la fin de la course).

 

Par dépit presque, j’ai profité du reste de la course en regardant les bolides des autres équipes passer à tombeau ouvert devant la foule, ravie.

Porsche remportera cette manche  devant Mercedes avec la SLS AMG GT3. Mais peu m’importe pour être franc, je languis déjà de revenir pour la prochaine manche avec le DTI Racing, normalement le dernier weekend de Juillet! L’odeur d’essence, de gomme fatiguée et de plaquettes usées me manque déjà, ainsi que toute l’équipe sans qui ce weekend n’aurait été qu’un simple weekend de course en spectateur. Je tiens à les remercier pour leur accueil chaleureux et ce même dans les coups durs! Ce sont des vrais passionnés, de la trempe de ceux qui ont fait et écrit l’histoire du sport auto à ses débuts, quand des amateurs participaient par passion, et non parce que c’était leur métier.

Le weekend se terminera par de nombreux tours lors du Touristenfarht Samedi soir et Dimanche, histoire de parfaire ces 4 jours dans l’un des endroits les plus mythiques au monde pour le sport automobile!

A la prochaine 🙂

 

Le blog du DTI Racing

 

1 Commentaire

  1. EnFonde6

    1 juin 2011 à 6:29

    Super article, tu as vraiment du passer un week-end inoubliable !