DiRT 3 : Le test

DiRT 2 s’était placé comme la référence des jeux de course sur terre, mais nous avions regretté le manque de rallye « pur ». Codemasters nous a donc préparé un DiRT 3 plus proche des précédents Colin McRae et il est temps pour nous de voir s’il tient la route !

DiRT 3, c’est donc le troisième opus d’une série qui est en réalité plus longue. En effet, elle est la suite logique des Colin McRae Rally qui ont disparu en même temps que le pilote mythique il y a quelques années. Toutefois, les DiRT mettent en avant toute sorte de courses offroad en allant du classique rallye aux courses de pick-up sur des circuits de terre. Le premier épisode avait un contenu de qualité, mais une physique assez ratée tandis que le second épisode proposait une prise en main excellente mais souffrait d’un contenu un peu pauvre. Alors, quid du troisième ? Avant de commencer le test, il nous faut préciser que le jeu a été testé sur Xbox 360 à la manette uniquement.

Déjà-vu, mais beau

Commençons par l’aspect technique du jeu, qui est du déjà vu. En effet, ceux qui connaissent DiRT 2 n’auront pas une claque graphique puisque ce nouvel opus reprend le même moteur et ne semble pas avoir reçu énormément de modifications. Mais cela n’est pas un mal en soit puisque le jeu est beau avec des décors, des voitures et des textures bénéficiant d’un rendu de qualité. Les voitures, bien que n’atteignant pas un niveau de détails extraordinaire, sont très bien modélisées surtout quand on sait le niveau de dégâts qu’elles peuvent subir. Notons toutefois que des effets climatiques font partis des nouveautés avec de la pluie et de la neige ainsi que de la nuit, et le tout apparaît assez convainquant. En outre, le jeu est parfaitement fluide, ne souffre pas vraiment d’aliasing ou de clipping ce qui permet d’avoir une expérience de jeu tout à fait agréable.

Feeling de qualité

Enchaînons avec le gameplay qui est à nouveau repris de DiRT 2 mais qui bénéficie de bons ajustements. Par conséquent, nous retrouvons cette exceptionnelle prise en main qui fait que vous rentrez dans le jeu en quelques virages, contrairement à certains jeux qui demandent de vraiment travailler sur soi (WRC 2010, Shift 2…). Là où des améliorations ont été apportées, c’est assurément sur le poids et l’inertie des voitures. En effet, le tout apparaît légèrement plus lourd, et cela bénéficie grandement au feeling des voitures et à la précision de pilotage. On note aussi une plus grande difficulté à maîtriser certaines voitures lorsque les aides sont désactivées et la nécessité de véritablement travailler le placement de la voiture pour être efficace. AU final, cela rend le jeu un petit peu plus technique, qui plaira au plus grand nombre mais ne vous attendez surtout pas à une simulation pure et dure !

Manque de vie

Si l’on en vient à l’immersion, le constat est assez semblable, à savoir que tout est presque identique à son prédécesseur. La vue cockpit est la même, et manque toujours de mouvements pour être vraiment totalement immersive comme sur un Shift. Elle reste toutefois très jouable bien que l’on manque parfois vraiment de visibilité sur certaines voitures. Du côté sonore, Codemasters a fait les choses bien, les moteurs font un son très agréable et fidèle à la réalité, avec notamment des sons de turbos parfois jouissifs. Enfin, notons que l’impression de vitesse est plutôt très bonne, surtout si vous choisissez la vue au ras du sol où cela peut devenir complètement dingue !

L’histoire du rallye !

Du côté du contenu, Codemasters a bien fait les choses, en particulier sur les voitures. En effet, les développeurs ont retracé l’histoire du rallye en partant des années 60 avec les Mini et Alpine A110 à 2011 avec les dernières Fiesta et Mini Countryman WRC. Vous retrouverez aussi des voitures des années 70, 80 et 90 ainsi que des Super 2000, des Groupe B ainsi que des monstres de Pikes Peak comme la 405 T16. Du côté des environnements, c’est malheureusement moins riche avec les rallyes de Finlande, du Kenya, du Michigan et de Norvège accompagné de lieux proposant des circuits comme Smelter, Monaco ou bien encore Aspen. Si nous avons une bonne variété de types de surfaces, le tout apparaît malheureusement un peu léger pour ne pas vite avoir fait le tour de ce que le jeu propose. Dommage par exemple que certains rallyes de DiRT 2 n’aient pas été repris, surtout si le moteur graphique est le même. Sachez néanmoins que des DLC avec le rallye Monte Carlo et un environnement asiatique de divers circuits seront vraisemblablement ajoutés en DLC, tout comme plusieurs nouvelles voitures.

Classique mais efficace

Evoquons désormais les modes de jeu et la durée de vie de ce DiRT 3. Cela a toujours été un fort de la série, la variété d’épreuves est à nouveau très satisfaisante avec du rallye classique, du trailblazer (du rallye avec des pistes moins techniques mais avec des monstres de puissance), du rallycross, des face à face, des courses de pick-up ou de buggys, des défis drift et le fameux Gymkhana. Ce dernier mode est une vraie nouveauté du jeu sur lequel vous devrez marquer des points en faisant le show sur une aire de jeu. A jouer, c’est assez sympathique, mais ce type d’épreuve ne plaira clairement pas à tout le monde. Le mode carrière est lui très classique, avec un enchaînement d’épreuves diverses et variées qui vous permettent de débloquer la suite. La progression se fait aussi par de l’XP que vous emmagasinez au fur et à mesure de vos victoires et qui permettent de débloquer de nouvelles voitures. Au final, la durée de vie est tout à fait correcte et le challenge est assez relevé si vous réglez l’IA au niveau le plus difficile mais l’on peut redouter une certaine répétitivité.

Plus on est…

Enfin, parlons du multijoueur qui est une partie non-négligeable du jeu. Outre le retour d’un mode 2 joueurs en écran splitté, c’est surtout le jeu en ligne qui apparaît assez addictif. En effet, ce dernier reprend le principe du précédent DiRT avec des courses en individuel ou en équipe sur tous les types de compétition. Mais Codemasters a décidé d’ajouter à tout cela des modes « Party » plus originaux et funs. Vous avez notamment du « capture the flag » ou bien un mode virus où il faut éviter de se faire toucher par la voiture infectée. Tout cela, avec le fonctionnement en groupe permet d’avoir de longues heures de jeux en ligne avec vos amis. C’est d’autant plus motivant que vous engrangez à la fois de l’XP multijoueur (matérialisée par des « fans ») et de l’XP du mode carrière.

Conclusion

A l’heure du bilan, ce DiRT 3 apporte tout ce que l’on attend d’un jeu : de beaux graphismes, un contenu de qualité, une bonne prise en main et surtout du plaisir. Bien entendu, nous pouvons regretter qu’il n’y ait pas énormément d’environnements et que les menus ne sont pas très agréables, mais cela n’empêche par le titre de Codemasters d’être le meilleur de la série, et le meilleur jeu de rallye actuel. Vivement le 4 ! (mais il semblerait qu’avant le 4, nous aurons un Grid 2).

———————————————————————————————————————————————-

PGT aime :                                                                                                                                    PGT n’aime pas :

Le gameplay                                                                                                        Le manque d’environnements
Le contenu                                                                                                                                             Les menus
Les graphismes                                                                                                                    .
Le multijoueur

Note technique : 17/20
Note gameplay : 18/20
Note générale : 18/20

———————————————————————————————————————————————-

 

EnFonde6 / Fabien est depuis son plus jeune âge un passionné absolu d'automobile dans sa globalité : il aime les 6 en ligne BMW, les Vtec Honda, les V12 Ferrari, les V8 AMG... bref tout ce qui a une âme ! A ses heures perdues, il est administrateur et rédacteur en chef de Planete-GT.

3 Comments

  1. Laurent_X

    27 mai 2011 à 5:36

    très bon test 😉 je suis du même avis que toi

  2. Ferrari458Fan

    3 juin 2012 à 10:53

    Laurent_X tu as raison ! 🙂

  3. FlorianGT5

    25 novembre 2012 à 3:26

    Ce jeu est trop bien !! 😀