Test Drive Unlimited 2 : Le test

Attendu depuis plusieurs années par les amoureux de belles mécaniques, Test Drive Unlimited revient dans un deuxième opus avec une nouvelle destination : Ibiza. Mais ces longues années ont-elles été utilisées pour améliorer le jeu ?

Test Drive, c’est une grande série de jeux de course arcade qui est longtemps resté l’un des seuls concurrents aux Need For Speed. Cependant, en 2006, la formule change avec une approche inédite sur l’épisode Unlimited : la liberté totale sur une grande île. Et c’est là toute la force de TDU, il apparait comme le seul jeu où le plaisir automobile est abordé par le simple plaisir de rouler sans but précis. C’est un concept qu’ici, sur Planète-GT, nous avait particulièrement séduits durant de longues soirées à enchainer les kilomètres entre membres en multijoueurs sans même faire la course. C’est donc avec une grande impatience que l’on accueille ce TDU 2 que nous avons testé sur Xbox 360 à la manette et sur Playstation 3 avec le volant Logitech G25.

Joli, mais inégal

Commençons par évoquer l’aspect technique du jeu. Et c’est relativement décevant de ce côté-là, sans que cela soit véritablement problématique. Tout d’abord, la modélisation des voitures est assez inégale puisque l’on alterne entre des voitures parfaites comme la SLS AMG et d’autres disposants de proportions un peu curieuses comme le Range Rover Sport. Cependant, dans l’ensemble, les voitures sont bien réalisées, avec suffisamment de détails bien que nous sommes très loin des premiums de GT5. Du côté des environnements, l’île d’Ibiza est franchement réussie avec des décors variés et un rendu graphique général de qualité. Cependant, certaines textures ne sont pas au niveau, tandis que l’on note aussi des répétitions d’éléments de décor (mais sur une carte de cette taille, c’est normal). En revanche, le véritable problème réside dans le clipping omniprésent, c’est-à-dire que vous voyez très clairement l’herbe et les arbustes apparaitre devant vous. Fort heureusement, ce clipping est limité à des éléments futiles : la route, le trafic, les bâtiments s’affichent bien avant. En outre, les effets de lumière lors de la transition jour/nuit sont véritablement réussis, le tout est très progressif et apparait véritablement naturel. Terminons par évoquer la fluidité du jeu, nous sommes ici loin du 60FPS et cela se voit très clairement. Néanmoins, cela ne gène pas vraiment le jeu tout comme l’aliasing présent un peu partout. Toutefois, il semblerait que les versions PC soient bien supérieures aux versions consoles sur ces points, mais nous n’avons pas pu le vérifier par nous-même.

Déroutant ? Plaisant ?

Du côté du gameplay, le constat est le même, bon mais décevant. En effet, nous attendions de grandes améliorations afin de gommer les défauts du premier opus. Les développeurs ont sans aucun doute essayé d’améliorer le tout, notamment avec un feeling amélioré sur le train avant qui sous-vire moins. De plus, les affreuses bosses sur les routes vallonnées ont disparues, ce qui améliore grandement le plaisir de conduite. Cependant, certaines voitures ont un comportement délicat à la limite, avec des réactions brusques que l’on peut très difficilement rattraper. La direction est aussi assez mal calibrée lorsque vous êtes en situation d’urgence ce qui gâche souvent votre plaisir. Néanmoins, si l’on aborde le jeu du côté de la ballade sportive et pas à travers l’aspect performance à tout prix, ces défauts sont nettement moins handicapants et selon les voitures, le jeu procure un véritable plaisir de conduite. C’est donc au final assez compliqué d’avoir un avis tranché, c’est à la fois énervant et plaisant selon ce que vous faites et selon la voiture. Notons aussi l’absence incroyable de la modification de l’affectation des touches des manettes et si, comme moi, cela ne vous plait pas, il n’y a aucune alternative possible. Par ailleurs, la prise en main au volant est assez curieuse et il est très difficile d’avoir un réglage correct pour jouer… Mais au final, on s’y habitue vite, et l’on gagne énormément en plaisir, en précision et en rapidité en course.

On s’y croit

Au niveau de l’immersion, le résultat est plutôt convainquant. La vue intérieure est réussie en particulier parce que la caméra est mobile ce qui permet d’avoir un certain ressenti de l’accélération et du freinage. Pour ce qui est des sons moteurs, c’est relativement inégal puisque certaines voitures font un son correct mais qui ne ressemble pas du tout au véritable son (la 599 GTO par exemple). Mais d’un point de vue général, les moteurs font un son tout à fait satisfaisant surtout si l’on sort de plusieurs semaines de jeu sur Gran Turismo 5 avec sa bande son tirée d’un magasin d’électroménager. Mais l’immersion passe aussi par l’aspect scénaristique du jeu qui vous place au bas de l’échelle d’un monde de la flambe pour conquérir les sommets (nous en reparlerons par la suite). Vous devrez alors acheter vos voitures dans les concessions, mais aussi acquérir des maisons, des vêtements ou bien alors faire de la chirurgie esthétique et vous faire couper les cheveux. Cela peut paraitre assez futile, mais force est de constater qu’on rentre assez vite dans le personnage !

Douce odeur de DLC…

Côté contenu, plus précisément sur la liste des voitures, nous oscillons à nouveau entre du bon et du moins bon. En effet, la liste est très intéressante avec des Pagani, Ferrari et autres Bugatti mais au final, il manque beaucoup de voitures. Où sont passées les Lamborghini, Maserati… mais aussi les mythes comme les Ferrari 288 GTO, F40, 250 GTO, McLaren F1…. ? Ces voitures étaient dans TDU 1 et sont indispensables à notre sens. D’autres voitures comme la 458 Italia sont présentes dans la version PS3 mais absentes de la version Xbox 360, alors qu’il manque des Spyker dans la version PS3, sans qu’on ne comprenne bien tout. Mais le pire, ce sont les voitures uniquement destinées aux précommandes comme la Veyron Supersport, l’Audi RS5 et bien d’autres que nous, joueurs français, n’ont même pas eut la possibilité d’avoir ces voitures en précommandant le jeu. Rassurez-vous, Atari va certainement nous proposer tout ça en DLC… payant bien entendu, ce qui nous semble vraiment très limite car ce n’est pas du contenu additionnel. Il apparait aussi clair que d’autres voitures arriveront en DLC (certains showroom apparaissent bien vides), tout comme les motos qui avaient été évoquées il y a quelques mois.

Long et bon

En revanche, l’un des gros points forts de ce Test Drive Unlimited 2 réside dans la progression de votre carrière et dans la durée de vie qui en découle. En effet, vous commencerez au bas de l’échelle en remplaçant un pilote lors d’un prestigieux championnat télévisé. C’est donc un semblant de scénario qui vous suivra tout au long du jeu avec de courtes cinématiques des sortes de « boss » à battre. Par ailleurs, là où le tout était assez éparpillé et désorganisé dans le premier TDU, dans ce second opus tout est regroupé en plusieurs championnats comprenants différentes épreuves (course, élimination, défi radar, contre-la-monte…). Ces derniers sont débloqués par l’obtention de permis « à la Gran Turismo » qui vous permettent d’accéder aux championnats correspondants à une certaine catégorie de voitures. Toute cette progression est complétée par des challenges annexes comme les missions (semblables à celles du premier TDU avec des convoyages, des auto-stoppeurs etc…), des recherches de carcasses ou bien des photos spécifiques à prendre. Au final, cela permet une durée de vie très confortable alliée avec un véritable effort pour éviter la répétitivité, d’autant plus qu’après plusieurs heures de jeu, vous changerez d’île pour retrouver Hawaï.

Sympa… sur le papier

Enfin, le multijoueurs est toujours intégré au jeu, c’est-à-dire que vous croiserez directement des joueurs à partir du moment où votre console est connectée à Internet. Cela permet donc de se détourner un peu du mode solo en faisant la course ou en se baladant avec un inconnu ou un ami. La gestion des amis a par ailleurs été améliorée puisque vous pourrez savoir s’ils sont en ligne via un menu spécifique du mode pause (car il se peut que votre ami joue mais sur une autre île que vous). Vous avez aussi de nombreuses épreuves multijoueurs à faire pour terminer le jeu, ce qui ajoute encore à la durée de vie. Malheureusement, depuis sa sortie, Test Drive Unlimited 2 a été une catastrophe sur ce point précis puisque les développeurs se sont complètement plantés au point que nous n’avons pas réussi à jouer en multijoueurs avant lundi dernier. En outre, ces problèmes ont même affecté la stabilité du jeu en lui-même, provoquant des bugs et des crashs. Enfin, bien que le jeu propose de créer un club, nous n’avons pas été en mesure de tester cette fonctionnalité puisqu’elle reste indisponible pour le moment…

Conclusion

A l’heure du bilan, il apparait clair que Test Drive Unlimited 2 n’est pas à la hauteur de nos attentes puisqu’il ressemble davantage comme une évolution limitée du premier opus qui ne résout pas tous les problèmes de son ainé. En effet, avec une physique relativement hasardeuse (mais néanmoins plaisante au final), un aspect technique vraiment loin d’en faire une référence et avec une liste de voitures décevantes qui sent bon l’amputation pour faire du DLC, TDU 2 n’est pas parfait. Toutefois, il reste le seul jeu proposant une approche très particulière du plaisir automobile et l’on prend toujours autant de plaisir à « cruiser » à plus ou moins haute vitesse. Bref, si vous avez aimé le premier épisode, vous devriez aimer Test Drive Unlimited 2 malgré ses faiblesses évidentes.

———————————————————————————————————————————————-

PGT aime :                                                                                                                                    PGT n’aime pas :

Le plaisir de se balader                                                                                                    Techniquement faible
La durée de vie                                                                                        Le foutage de gueule sur les voitures
La physique…                                                                                                                                   …La physique
La progression                                                                                       Le multijoueur encore très perfectible

Note technique : 13/20
Note gameplay : 14/20
Note générale : 15/20

———————————————————————————————————————————————-

8 Comments

  1. azerty51380

    15 février 2011 à 9:17

    « Rassurez-vous, Atari va certainement nous proposer tout ça en DLC… payant bien entendu »

    déjà dispo sur PS3 à 0.99€ pièce ^^

  2. Heyden

    16 février 2011 à 1:39

    D’accord avec ton test dans l’ensemble, mais j’aurais été moins généreux avec toi sur la note finale. J’aurais mis un 13/20, 14 tout au plus.

  3. Heyden

    16 février 2011 à 1:41

    Pour ce qui est de la 458 Italia sur PS3 et non disponible sur X360, c’est une histoire de droit, seul Forza à les droits sur ce véhicule sur X360 et c’est pour cette raison qu’ Atari à enlever une voiture de la version PS3 pour équilibrer la chose…

  4. corrs78

    16 février 2011 à 8:17

    Merci pour ce Test. Quel dommage qu’il est autant de défauts.
    point positif : je vais économiser de l’argent :/

  5. gamelle71

    17 février 2011 à 9:14

    tous les defauts s effacent devant le plaisir des longues balades …………
    oui on peut raler devant certains points manifestement pas finis ni au point , mais y a ce petit truc en plus qui fait que c est dur de lacher le pad une fois le jeu commencer !!!

    c est le « pourquoi » du 15/20 de la notation

  6. junior

    2 mars 2011 à 6:49

    salut savez vous quand le dlc des moto sera disponible ?

  7. fafa_du_15

    19 mars 2011 à 8:43

    Salut a tous désolé je ne sais pas s’il y aura des motos.
    .
    En tout cas ce jeu est super cool!
    Et moi je met une note de 16/20.

  8. junior

    4 avril 2011 à 12:19

    tu joue sur play 3 et tu as une oreillette ?