Les 20 ans de la McLaren F1

20 ans déjà ! Cela fait donc 20 ans que McLaren a conçu la mythique F1, et à cette occasion la marque anglaise a regroupé 21 possesseurs de la supercar pour un diner exceptionnel afin de fêter cet anniversaire et célébrer le retour d’une nouvelle Mclaren de route, la MP4-12C. Sur Planète-GT, nous sommes tous des amoureux de cette F1 et à cette occasion, nous vous proposons un dossier sur l’histoire de cette dernière.
36606660734-a-mclar

La naissance du projet

C’est en attendant un avion que Gordon Murray, jusqu’alors ingénieur en chef de McLaren, en compagnie de Ron Dennis, discute de ce que serait la supercar de route ultime. C’est de cette discussion qu’est née la F1 en septembre 1988 à Milan. Le cahier des charges se font dès lors : moteur central pour la répartition des masses, un moteur atmosphérique pour une meilleure réponse sans le lag d’un turbo, environ 550ch sur une voiture la plus petite possible et avec un poids inférieur à 1 tonne. Le challenge apparaît simple sur le papier mais en réalité c’était un véritable casse tête.

L’idée était née, et McLaren avait besoin d’un projet fédérateur d’image capable de prouver le savoir faire de l’écurie. Ici, contrairement à la Formule 1 aucune restriction de règlement, tout ou presque est possible. McLaren construit alors une usine sur mesure en face du siège de l’écurie et crée une marque : McLaren Cars Ltd. Le projet est enfin lancé.

36607060734-b-mclar

Un génial coup de crayon

Peter Stevens est chargé de s’occuper du design, et autant dire qu’il a clairement réussi. Bien qu’âgée d’environ 20ans, elle fait partie de ces voitures dont le temps ne change rien a leur beauté. Mais cette ligne a avant tout été dictée par l’aérodynamique, la voiture a tout de même passée 1 130 séances en soufflerie avec pour résultat un Cx impressionnant de 0.32. L’appui aérodynamique a été particulièrement travaillé et le résultat est très visible : une ligne sans aucun artifice, ni ailerons tout cela sur une voiture aux performances ahurissantes. Notons qu’il y a tout de même un petit aileron qui se déploie lors des freinages.

36607960734-d-mclar

Powered by BMW

Pour le moteur, Honda, alors motoriste de l’écurie de Formule 1 fut contacté pour faire un V12, mais les japonais refusèrent. McLaren se tourna donc vers BMW qui proposa alors un V12 déjà fiabilisé puisqu’il devait propulser la BMW M8, un projet qui avait été abandonné très proche de la série. Ce V12 de 6.0L développait quelques 627ch et 66mkg de couple tout en ayant l’avantage énorme d’être court (60cm) et très léger (266kg). La boite 6 vitesses transversale a été réalisée sur mesure par Weismann et a été placée sous le moteur, toujours dans un souci de répartition des masses.

36608560734-g-mclar

Début de carrière

Lors du Grand Prix de Monaco 1991, le premier prototype de la supercar fut présenté. Tout le monde fut surpris par l’étonnante disposition de l’habitacle, toujours inédite, une place conducteur centrale entourée de 2 places pour les passagers afin que le pilote soit à la meilleure place possible. En Août 1993, la F1 atteint la vitesse folle de 372km/h qui fit parler d’elle. En 1994, les premier exemplaires sont doucement livrés, l’objectif de McLaren était alors de vendre 300 exemplaires. Mais le marché des supercars était moins dynamique que quelques années auparavant lors de la folie autour de la Ferrari F40. La F1 sera dès lors non rentable bien que le gain en notoriété auprès des pilotes et du grand public soit inestimable.

36608260734-f-mclar

Victoire au Mans

Par la suite, une version GTR destinée à la course fut alors conçue en 1995, très peu modifiée par rapport à la version routière preuve du niveau complètement hallucinant de la supercar à l’époque. Cependant les brides de course limitèrent sa puissance à 600chevaux et un aileron fut par ailleurs ajouté pour parfaire l’appui aérodynamique. Sa première sortie en février 1995 lors des 4h de Jerez fut aussi la date de sa première victoire. Il en suivit toute une suite de victoire dont la plus prestigieuse fut celle du Mans 1995 sous la pluie avec des McLaren à la 1ere, 3eme, 4eme et 5eme place. La GTR évoluera ensuite en 1996 avec un poids réduit

36607860734-c-mclar

LM & GT

Pour fêter cette victoire au Mans, une version LM fut présentée et produite à 5 exemplaires dans la couleur papaye de la marque. Elle était allégée de 76kg (1062kg) et avait un moteur d’environ 680ch et 705Nm qui n’était autre que le moteur de la GTR de course sans ses brides. Elle s’équipa aussi un kit carrosserie avec un aileron, directement issu de la course. Côté performances, elle effectuait le 0 à 100km/h en seulement 2.9 secondes et le 0-160-0km/h en 11.5 secondes tandis que la vitesse maximale n’était « que » de 362km/h à cause de l’aérodynamisme.

Puis, une dernière version arriva, la GT, encore plus rare : seulement 2 exemplaires furent produits afin de servir de base d’homologation pour la GTR de course. Elle était rallongée pour palier au manque d’appuis aérodynamique et fut la dernière des McLaren F1. Elle atteignait plus de 380km/h.

36608860734mclar

Fin de carrière, la légende continue

Mais le record de la F1 fut effectué sur une version courte équipée du moteur GTR sans bride, Andy Wallace atteignit la vitesse phénoménale de 386,7km/h en 1998. En cette même année, ce fut la fin de la McLaren F1 après (sans compter les 7 prototypes) seulement 99 exemplaires de vendu. La voiture ne fut pas rentabilisée mais elle restera dans l’histoire des voitures de sport comme l’une des plus rapides, des plus efficaces et des plus marquantes. En clair, la McLaren F1 est devenue en deux mots une Légende Automobile.

36608660734-h-mclar36608360734-e-mclar

1 Commentaire

  1. flexinGT

    31 mai 2010 à 12:22

    Quelle voiture ! Je rêve d’en voir une en vrai… j’ai deja vu des Enzo, Veyron, mais jamais de F1.