Split/Second Velocity : Le test

Après avoir apporté un vent de fraicheur aux jeux de course arcade dans la boue avec l’excellent Pure, Disney Interactive et Black Rock Studio reviennent cette année avec un nouveau jeu de course, Split/Second : Velocity. Et vous allez voir à travers ce test qu’il constitue une véritable explosion de plaisir pour les amateurs du genre.

Commençons par resituer le jeu et en expliquer le propos. Split/Second : Velocity vous plonge dans un nouveau jeu de téléréalité, sauf qu’ici le but n’est pas de faire des choses dans la piscine mais de gagner des courses où tout est permis pour vaincre ses adversaires. Principale promesse de ce titre de la part de l’éditeur, vous pourrez tout faire exploser pour gagner, mais nous y reviendrons. Et pour ceux qui veulent une description très simple, Split/Second c’est en quelque sorte un Burnout réalisé par Michael Bay. Sachez enfin que le jeu a été testé sur Xbox 360 mais qu’il est aussi disponible sur Playstation 3 et PC depuis le 20 mai.

Fast & Beautiful

Graphiquement, les anglais de Black Rock Studio maitrisent leur sujet. Le jeu bénéficie d’une réalisation de qualité tant au niveau de la modélisation que de la fluidité générale. Les environnements, bien que peu nombreux, jouissent d’une richesse réellement appréciable avec notamment parfois une belle profondeur de champ. Pour ce qui est des différentes voitures, la modélisation est plus sommaire, mais cela n’est pas choquant d’autant plus qu’on a rarement l’occasion d’admirer sa voiture en course ! L’affichage en course est par ailleurs très réussi avec une interface très simple, intelligemment placée sous votre voiture, qui libère grandement l’écran. Enfin, l’ensemble ne semble pas souffrir de véritables défauts puisque la fluidité est toujours présente malgré des explosions parfois spectaculaires.

Déroutant mais plaisant

Passons désormais au gameplay qui est clairement un point central du jeu. La conduite des différents véhicules est au premier abord déroutante, voire même déplaisante, car la référence en la matière de beaucoup d’entre nous est Burnout avec ses voitures légères, nerveuses et glissantes à volonté. Ici, le poids se fait sentir, il faut donc adopter une conduite légèrement plus réaliste tandis que les drifts sont très pénalisants d’un point de vue vitesse. Mais une fois habitué, le plaisir est sans aucun doute présent d’autant plus que notre réserve sur l’absence de sensation de vitesse de notre preview est en partie gommée. En effet, les premières voitures sont assurément lentes et avares en sensations, mais par la suite, vous aurez des voitures bien plus rapides (bien que l’on soit encore loin de la vitesse d’un Burnout) tandis que la frénésie de l’action vient renforcer l’impression de vitesse.

Du grand spectacle !

D’ailleurs, parlons-en de l’action ! Le système de jeu se rapproche ici de Burnout sur un aspect : il faut remplir une sorte de jauge en trois parties en glissant, prenant l’aspiration ou en évitant des dangers. Chacune des deux premières parties vous permet de déclencher une attaque, qui peut être un lâché de bidon explosif par un hélicoptère par exemple, ou alors l’ouverture d’un raccourci qui se ferme derrière vous. Puis, si vous avez la patience de remplir les trois parties, vous avez accès à la très grosse attaque à des endroits très précis qui déclenche des explosions et destructions du décor absolument hallucinantes. Tout cela permet d’apporter un véritable rythme à la course qui, ajouté à une ambiance musicale particulièrement réussie, donne au jeu toute son identité.

Contenu limité

Evoquons désormais le contenu et la durée de vie. C’est là un des points faibles de Split/Second : Velocity, puisque le contenu semble plutôt limité avec des circuits de qualité, certes, mais en nombre trop peu important. Au niveau des voitures, le contenu est correct puisque ce type de jeu ne nécessite pas forcément énormément de voitures. En revanche, la durée de vie s’avère honnête avec une douzaine d’épisodes qui regroupent plusieurs courses ce qui porte la durée de vie à une quinzaine d’heures environ auxquelles on peut ajouter le multijoueur en ligne et en écran splitté. Les modes de jeu sont aussi, fort heureusement, plutôt variés avec des courses, des éliminations très classiques ainsi que trois autres modes originaux. Le premier, le mode détonateur, vous propose de réaliser un contre la montre sauf que le jeu déclenchera toutes les attaques prévues sur le circuit afin de vous mener la vie dure. Le mode Survie, comme son nom l’indique, vous demande de survivre à des camions qui lâchent des bidons explosifs que vous devez éviter, sachant qu’il y a un temps limite qui est augmenté à chaque fois que vous doublez le camion. Enfin, le dernier mode reprend le principe du mode Survie sauf qu’ici le danger vient du ciel avec un hélicoptère qui tire des missiles.

Tricher, c’est mal

Enfin, il faut tout de même noter un autre défaut du jeu, récurrent dans les jeux de course actuels, l’IA triche sans arrêt. Alors que vous devez perdre un temps monstrueux en glissant pour avoir des attaques, l’IA passe toujours à fond, elle sera aussi toujours juste derrière vous et ne sera pas trop pénalisée suite à un crash. Cela s’avère rageant lorsque vous faites une belle course et que vos espoirs sont réduits à néant à quelques mètres de l’arrivée. Toutefois, le tableau n’est pas complètement noir, puisque cet aspect mis à part, l’IA st plutôt performante et anime bien les courses.

Conclusion

En somme, le nouveau pari de Disney Interactive est en grande partie réussi avec ce Split/Second : Velocity. A la fois original, immersif, rapide et explosif, il mérite malgré ses quelques défauts que l’on s’y attarde si l’on est amateur du genre.

———————————————————————————————————————————————–
PGT aime :                                                                                                                                  PGT n’aime pas :
Les explosions de folie                                                                                                        Le contenu faiblard
Les graphismes                                                                                                                               L’IA qui triche
L’originalité

Note technique : 18/20
Note gameplay : 15/20
Note générale : 15/20
———————————————————————————————————————————————–

1 Commentaire

  1. Laurent_X

    21 mai 2010 à 12:36

    Superbe test , tu as très bien dit (écrit) ce que je pense du jeu ,bravo