Colin McRae DiRT 2 : Le test

La série des Colin McRae Rally est la seule survivante parmi les jeux de rallye après l’arrêt des V-Rally, WRC et autres RalliSport Challenge. Mais vous allez voir à travers ce test que malgré l’absence de concurrence directe, Codemasters a réellement travaillé pour nous proposer un DiRT 2 de très haut vol.

En revanche, si DiRT 2 est un descendant direct des Colin McRae Rally, il reprend l’orientation plus ouverte du précédent opus. Le rallye classique occupe donc une place loin d’être centrale et fait de la place à des disciplines très américaines dans l’âme. Cela permet surtout au jeu d’avoir une ambiance moins sérieuse et plus fun.

Justement, parlons-en de l’ambiance. Dès le départ, nous sommes immergés dans la vie d’un pilote et vous êtes guidés par d’autres stars américaines comme Ken Block, Dave Mirra ou bien Travis Pastrana. Les menus sont de plus très stylisés et plutôt intuitifs puisqu’il vous place au milieu d’un parc fermé de rallye avec votre caravane où vous trouverez les challenges et votre voiture à l’extérieur. Détail très sympathique, le fond de ce parc fermé correspond à l’endroit où vous venez de faire une course. En somme, le tout rappelle ce qui avait été fait sur Grid, autre jeu du même éditeur.

Enchainons avec l’aspect technique du jeu qui est un des très gros point fort du jeu. L’Ego Engine déjà très impressionnant sur Grid a encore gagné en finesse. Le jeu brille moins, la modélisation des environnements est assez impressionnante avec une profondeur de champ énorme qui permet d’avoir des décors grandiose favorisant l’immersion. Du côté des voitures, DiRT 2 ne démérite pas non plus avec des voitures plutôt bien reproduites même si on peut regretter un léger manque de détails. Mais la gestion des dégâts rattrape grandement cela avec des déformations très poussées sur les carrosseries ainsi que des éléments de carrosserie qui volent dans tous les sens après un choc.

Mais les qualités de DiRT 2 ne sont pas seulement esthétiques puisque le gameplay a été très sérieusement amélioré depuis son prédécesseur. En effet, DiRT premier du nom ne procurait que très peu de plaisir de pilotage à cause d’un poids des voitures quasiment inexistant et des freinages très brutaux. Les développeurs ont donc revu leur copie en donnant plus de poids aux voitures ce qui change complètement les sensations de course. Nous parlons toujours d’un jeu purement arcade, mais le plaisir est presque immédiat renforcé par une immersion totale en vue intérieure. En plus d’être très jouable, cette vue nous plonge au coeur de l’action avec notamment de l’eau qui vous aveugle lors d’un passage de gué jusqu’à ce que vos essuie-glaces entrent en action. C’est très pénalisant, mais cela apporte beaucoup à l’expérience de jeu.

Au chapitre du contenu, DiRT 2 ne surprend pas et déçoit légèrement. Il n’y a que 35 voitures réparties en plusieurs catégories : rallye, rallycross, bolide, voiture de raid, buggy et pick-up de Baja. Il est à noter que les catégories rallycross et bolides ne sont que des évolutions de modèles de rallye. Du côté des pistes, elles sont réparties en plusieurs environnements variés allant d’une jungle Malaisienne au Grand Canyon américain en passant par les décors désertiques du Mexique ou du Maroc. Si les environnements sont nombreux, on regrette le faible nombre de pistes différentes sur chacun des lieux, 2 pistes différentes qui ne permettent pas de faire de rallye de plus de 3 manches. C’est ici un relatif manque de diversité puisque le précédent DiRT proposait de véritables rallyes avec de vraies voitures de WRC mais aussi des courses en camions ou bien la fantastique montée de Pike’s Peak.

Toute la progression du mode carrière se fait avec un système d’XP qui vous récompense à chaque course et qui est en partie liée au niveau de difficulté que vous aurez choisi. Vous pourrez aussi gagner de l’XP grâce à des missions qu’il faudra remplir (faire des tonneaux, des 360°, passer du temps au volant…), un système qui rappelle un peu Call Of Duty. L’XP permet de gagner des niveaux qui vous donnent accès à de nouveaux environnements et à de nouvelles courses jusqu’à atteindre votre accès aux X-Games et aux World Tour. La durée de vie apparait très confortable puisqu’avec 100 épreuves, DiRT 2 vous promet de longues heures de jeu.

DiRT 2 propose bien entendu un mode de jeu en multijoueur. A nouveau, c’est très classique et ressemble à ce que propose un Call Of Duty avec des missions, un jeu qui décide seul des courses (avec possibilité de voter pour passer) et un mode groupe où vous rejoignez les parties classées avec vos amis. Si rejoindre une partie en groupe pose souvent problème (vous perdez souvent un ami !) une fois en jeu, cela s’avère particulièrement addictif. Vous retrouvez tous les modes de jeu avec possibilité de jouer en équipe, du rallye ou les adversaires sont des fantômes et des courses avec des adversaires en chair et en tôles… souvent froissées. En effet, l’excellente gestion des dégâts poussent certains joueurs à être ultra bourrin, quit à ruiner leur course par la même occasion. Cependant, le challenge de passer à travers le gros crash du premier virage est toujours jouissif à relever.

Enfin, abordons un point souvent soulevé, le nom de Colin McRae a-t-il encore sa place ici ? En effet, le rallye est assez peu présent par rapport aux Colin McRae Rally originels mais n’oublions pas que l’écossais participait aux X-Games et faisait du rally-raid. Par ailleurs, si Ken Block est presque érigé au rang de Dieu dans le jeu, les développeurs ont mis un point d’honneur à rendre hommage à Colin qui avait longtemps participé au développement du jeu. Un championnat en son honneur est débloqué avec une Ford Escort et la présence dans la course de ses frères ou bien d’Ari Vatanen, celui-ci débloque une sublime vidéo hommage. Une attention qui fera plaisir à tout passionné de sport mécanique.

Au final, vous l’aurez compris, Colin McRae DiRT 2 est une véritable réussite. Beau, fun et long, il parvient même à n’avoir aucun défaut majeur si ce n’est un manque de contenu et de diversité. Mais si vous aimez les jeux de course et que l’arcade ne vous dérange pas, ce titre est un véritable incontournable.

Note technique : 18/20
Note gameplay : 16/20
Note générale : 17/20