Fuel : Le test

Fuel nous a promis une expérience de jeu extraordinaire avec sa carte de 14.400km² qui est reconnue comme la plus grande jamais proposée dans un jeu. Voici donc notre test qui vous révèlera que ce jeu est très loin d’être parfait.

Fuel est un jeu de course tout terrain dans la même veine qu’un Motorstorm et autre Baja. Cependant, grâce à son environnement ouvert il se démarque assez nettement de ses concurrents. Sachez d’ailleurs que le jeu est développé par les français d’Asobo et est officiellement le jeu le plus vaste de l’histoire du jeu vidéo puisqu’il est dans le Guinness Book des Records. Pour finir, sachez que le jeu a été testé sur Xbox 360.

fuel-xbox-360-039

Commençons justement par parler de cette carte gigantesque. Et autant vous le dire, elle est réellement extraordinaire tant au niveau de la taille, de la diversité et de la réalisation graphique. Au premier abord, on ne se rend pas compte de l’immensité de l’espace de jeu, jusqu’à ce qu’on mette 30 minutes à rejoindre un point qui nous semblait à coté sur la carte. L’espace de jeu est divisé en plusieurs zones qui ont chacune une identité propre. Cela va d’un grand désert, à d’énormes forets en passant par des montagnes de très haute altitude. Si l’on reconnaît beaucoup d’éléments d’une zone à une autre, il faut tout de même saluer la qualité du travail qui a été fait pour ne pas nous donner l’impression de toujours être au même endroit. En revanche, les éléments climatiques sur lesquels les développeurs ont énormément communiqués ne sont présents que dans certaines courses bien particulières et sont totalement scriptés, ce qui en limite grandement l’utilité étant donné qu’on ne les retrouve pas en freeride.

fuel-xbox-360-028

Graphiquement, le jeu est réellement très beau. Le champ de vision est particulièrement bluffant puisqu’au sommet de montagne nous pouvons observer la vallée à perte de vue. La gestion des couleurs et des lumières est aussi très réussie, avec un rendue plutôt réaliste et agréable à l’œil. Les véhicules, de leur côté, ne sont pas très détaillés mais du fait qu’ils ne sont pas sous licence, le rendu général est satisfaisant, d’autant plus qu’ils se salissent de manière réaliste. En revanche, notons par moments des petits ralentissements et du clipping, mais cela est très loin d’être gênant. Bref, là encore, une belle réussite.

fuel-xbox-360-036

Cependant, le constat se gâte un peu lorsque l’on évoque la question du gameplay. En effet, la conduite est loin de la vitesse et du fun que l’on a sur un Motorstorm. Dans Fuel, les véhicules sont plus rigides, poussifs et lourds. Cependant, cette prise en main décevante reste acceptable, d’ailleurs après un temps d’adaptation, on se surprend à s’amuser en glissade ou en franchissement. Toutefois, cela est très variable selon les véhicules, les motos étant particulièrement agréable, ainsi que les buggys et autres 4×4 tandis que les bolides de course ou les gros Monster Truck offre souvent des expériences proches de la torture sur certaines épreuves. Pour finir, sur la première vitesse, le pilote reste systématiquement au rupteur pendant plusieurs longues secondes ce qui s’avère être particulièrement insupportable sur un enchainement d’épingles.

fuelx3001

Au chapitre du contenu du jeu, cela s’avère plutôt varié et complet. La progression principale se fait grâce à des étoiles que l’on remporte dans les courses de carrières en fonction du niveau de difficulté. Ces courses permettent de débloquer des zones de jeu (elles sont accessibles dès le départ en freeride mais les courses ne sont pas débloquées), des véhicules ainsi que des accessoires pour notre pilote. A coté de ça, nous avons des défis divers et variés, allant du contre la montre à des courses où il faut suivre un hélicoptère, qui permettent d’obtenir de la monnaie du jeu, du Fuel, afin d’acheter de nouveaux véhicules. Pour finir, nous devons aussi chercher des motifs de décorations pour les véhicules, ainsi que des points de vue sur la carte qui nous permettront de rejoindre certaines parties de la carte plus facilement.

fuel-xbox-360-031

La durée de vie s’avère donc être confortable puisque cela nous permettra de jouer plusieurs dizaines d’heures pour le finir complètement. Cela est par ailleurs influencé par le comportement complètement ahurissant de l’IA. En effet, cette dernière triche d’une manière complètement rageante comme dans la plupart des jeux d’arcade. Elle vous distance de 100 mètres dès le départ sans raison, peut vous doubler à une vitesse hallucinante et se permet aussi de vous envoyer dans le décor alors que l’inverse est très rarement possible. De plus, les évènements de courses comme les voitures qui tombent des tornades ne viennent que sur vous et si votre voiture une véritable caisse à savon qui glisse partout, les voitures identiques de l’IA passeront sans glisser. Cela a pour principale conséquence de pourrir les courses, d’autant plus qu’il faut les faire dans les plus hauts niveaux de difficulté pour avancer dans le jeu.

fuel-xbox-360-043

Du côté du jeu en ligne, deux principaux modes sont disponibles. Vous pouvez faire du freeride avec des amis à travers toute la map mais vous pouvez aussi faire des courses. Notons aussi qu’il existe un éditeur de course qui vous permet de créer n’importe qu’elle course puisque vous placez vos checkpoints où bon vous semble. Cependant, il est à noter qu’il y a des soucis récurrents de freeze en ligne, vraisemblablement lié aux serveurs puisque seul le jeu en ligne est touché.

fuelx3011

Bref, au final, Fuel est un jeu qui réussi à merveille sa promesse d’une étendue de jeu de 14.400km², ce qui est aujourd’hui une prouesse technologique. Malheureusement, à côté de cela, les courses sont plombées par une IA frustrante et énervante qui ne nous pousse qu’à profiter de la carte pour se promener seul ou avec des amis.

Note technique : 17/20

Note gameplay : 13/20

Note générale : 14/20

2 Comments

  1. cobra92

    19 juin 2009 à 9:50

    tres bon test et entierement d accort car je confirme les qualitées mais surtout les defaults de ce jeu,a savoir une IA super ennervante et le jeu triche si bien que je regrete mon achat.

  2. Dee Ozer

    5 novembre 2009 à 3:34

    – peu de sensations et bruitages peu travaillés
    +de beaux panoramas et des effets de lumière variés
    +effets météos réussis (malgré l’absence des nombreuses tornades promises GRRRR !)
    -une map immense mais vide d’activité
    +véhicules nombreux

    le jeu apparaît inabouti
    certaines améliorations ne seraient pas du luxe
    et pourquoi une map aussi vaste pour un simple jeu de course ?
    la jaquette nous promet un mad max survitaminé
    alors pourquoi avoir limité la présence d’une IA aux courses ?
    les concepteurs auraient du prendre exemple sur Test Drive Unlimited qui permettait d’improviser des courses

    Pour conclure un concept fort, une réalisation inégale et un potentiel qui reste à exploiter