Ruf CTR Yellow Bird : L’oiseau de feu

En 1987, le magasine américain « Road and Track » effectuait des tests de performances avec les supercars de l’époque dont la Porsche 959. C’est alors qu’est sortie un peu de nul part une Ruf jaune qui pulvérisa les temps de chacune des supercars de l’époque. Les journalistes du magazine la surnommèrent alors la « Yellow Bird ». C’est ainsi qu’est né le mythe de la Ruf CTR Yellow Bird…

Ruf est partis d’une 911 Carrera 3.2L du fait de sa caisse plus étroite qu’une 930 Turbo, le but étant d’avoir un meilleur aérodynamisme. Esthétiquement, l’auto reste relativement proche de sa base. On remarque toutefois des spoilers avant et arrière spécifiques en polyester pour permettre un meilleur refroidissement du moteur. De plus une lame a été ajoutée au spoiler avant pour permettre d’équilibrer la voiture qui a un appui conséquent l’arrière grâce au gros aileron « pelle a tarte ». De plus, une prise d’air a été ajoutée dans les ailes arrières pour permettre un refroidissement optimum des échangeurs arrières et les rétroviseurs extérieurs sont plus petits pour une meilleure pénétration dans l’air.

L’intérieur a aussi été particulièrement revu avec notamment l’installation d’un arceau Matter pour augmenter la rigidité du châssis. Les places arrières supprimées, moins de moquette et les panneaux de portes sont amincis témoignent d’un désir de réduction de poids. Par ailleurs l’instrumentation est revue avec notamment un tachymètre gradué jusqu’a 350km/h, la couleur est annoncée. De plus, on remarque la présence d’une molette destinée à régler la pression des turbos et une autre pour régler la répartition des freins. Pour finir, on précisera que la qualité de fabrication est sans reproche, très nettement au-dessus de ce que faisait Porsche a l’époque (Rappelons que Ruf est un constructeur à part entière qui monte toutes ses voitures).

Sous le capot arrière, on retrouve bien sur un Flat 6 qui est issu du 3.3L de la 930. Cependant à la vue le travail effectué par Ruf, on pourrait presque dire de lui qu’il est inédit. En effet, Ruf a porté la cylindrée a 3.4L et ajouté 2 turbos KKK soufflant à 1.1 bars. Plus en profondeur, on note des pistons et un arbre à cames revu et un boîtier électronique signé Bosch. Tout ceci permet à ce 3.4L de développer 469ch et 553Nm à 5100trs/min dans une fiabilité au-dessus de tout reproche (un modèle a actuellement plus de 100.000km et reste toujours aussi performante). La boite de vitesse est une 5 rapports dérivée de la 4 rapports de la 930. Par la suite, elle recevra une boite 6 vitesses.
Coté performance, on frise le délire : 0 à 100km/h en 4.1 secondes, 0 à 200km/h en 11.4, 1000m DA abattu en 20.9 secondes et 343km/h en pointe. Cela lui permet d’être devant une Ford GT ou une Lamborghini Murcielago !

Sur route, la CTR YB étonne. Elle est très loin d’être le monstre que l’on pouvait imaginer, elle est progressive et assez équilibrée. Cela est principalement du a l’adoption d’un essieu arrière multi-bras, loin de la vétusté du train arrière des Porsche 911 de série. Par ailleurs, le freinage reçoit le système complet des Porsche 962 de course, ce qui promet une efficacité dantesque. Sur piste, elle est ultra-rapide, le survirage n’intervient que lorsque l’on a le pied lourd en sortie de virage mais le grip assuré par les excellents pneus permet de faire passer la puissance au sol sans trop de problèmes.

Au final, cette CTR Yellow Bird est bien a la hauteur de sa légende. Hyper rapide, elle relègue bon nombre de supercars actuelles au rang de petit jouet. Produite à 58 exemplaires, elle constitue aujourd’hui une vraie rareté… Mais quelle fantastique rareté  !

Sources des photos :

Gallerie FlickR et AutoSport