Rallye de Paris : les Italiennes (4/4).

La dernière partie de notre reportage concerne les voitures italiennes. Celles-ci étaient représentées en nombre lors de cette édition.

Certains modèles classiques tapent tout de suite à l’œil. Nous avons pu admirer le charme d’une Maserati Sebring, une jolie petite Ferrari Dino ou encore une monstrueuse Ferrari Testarossa. Monstrueuse dans le sens positif : basse et large, son physique reste impressionnant par rapport aux supercars actuelles. Le moteur n’est pas en reste ; il s’agit d’un 12 cylindres à plat crachant 390 chevaux à 6.300 tr/min.

Assez originale au milieu de toutes ces supersportives, l’Abarth 1000 TC est, comme son nom l’indique, muni d’un petit 4 cylindres de 1000 cc. La version de base développant 85 chevaux (et pouvait atteindre 110 chevaux), les 600 kg ne sont pas vraiment un obstacle pour le « pot de yaourt ».

Une Ferrari Enzo était également présente, et le son de son V12 reste toujours exceptionnel. Elle a malheureusement fini la journée sur un rail…

Les dernières berlinettes Ferrari se sont exprimées sur la piste : F430, F430 Scuderia, F360 Stradale… Pareil du côté de chez Lamborghini : les Murcielago LP 640-4 et Gallardo LP560-4 sont déjà impressionnantes à l’arrêt ; je vous laisse imaginer sur piste.

À noter la belle ligne de la toute dernière Ferrari California : je ne suis pas fan du tout des coupé-cabriolet, et pourtant, je l’ai prise pour un coupé Ferrari comme les autres, à peine moins musclé qu’une 599 GTB.

Enfin, une Alfa Romeo 8C Competizione se laisse admirer. Elle est tout simplement sublime ! Contrairement à une idée reçue qui me restait en tête, elle se défend très bien sur piste face à ses cousines directes, les Maserati 4200 GT et Granturismo.

Ce qu’il me revient immédiatement en tête en pensant à ces Italiennes, ce sont leurs sons, leurs chants… C’est sur ce point qu’elles se démarquent de la concurrence, quelque soit l’époque de fabrication (à part les dernière Aston Martin qui sont plutôt remarquables dès que le régime moteur s’envole).

2009_0322_093819
2009_0322_094227
2009_0322_095243
2009_0322_095833
2009_0322_100020
2009_0322_101927
2009_0322_102406
2009_0322_103659
2009_0322_104026
2009_0322_104511
2009_0322_104737
2009_0322_104802
2009_0322_104835
2009_0322_104842
2009_0322_104923
2009_0322_104927
2009_0322_104935
2009_0322_105506
2009_0322_105516
2009_0322_105535
2009_0322_105543
2009_0322_110132
2009_0322_110518
2009_0322_110524
2009_0322_110535
2009_0322_110549
2009_0322_110621
2009_0322_111114
2009_0322_111129
2009_0322_111147
2009_0322_111155
2009_0322_111206
2009_0322_113343
2009_0322_113501
2009_0322_113611
2009_0322_113708
2009_0322_113750
2009_0322_114013
2009_0322_114037
2009_0322_114055
2009_0322_114205
2009_0322_114846
2009_0322_114940
2009_0322_114956
2009_0322_115419
2009_0322_115603
2009_0322_115642
2009_0322_115701
2009_0322_120146
2009_0322_120155
2009_0322_120608
2009_0322_120917
2009_0322_120945
2009_0322_121208
2009_0322_121301
2009_0322_121326
2009_0322_121904
2009_0322_121932
2009_0322_122018
2009_0322_122028
2009_0322_122214
2009_0322_122327
2009_0322_122509
2009_0322_123056

2 Comments

  1. EnFonde6

    27 mars 2009 à 4:51

    Décidément, la 8C Competizione est sublime, et puis voir une Enzo c’est quand même pas tous les jours ! Merci pour tout ce reportage 😉

  2. ROµ

    27 mars 2009 à 5:55

    Magnifique ! Merci pour tout ça !