Ferrari F40 : Le dernier chef d’oeuvre d’Enzo

Beaucoup la considère comme la dernière Ferrari authentique, elle est la dernière signée de la main de l’illustre Enzo Ferrari. Vous l’aurez certainement reconnue, nous allons parler de la magnifique et violente Ferrari F40.

C’est en 1985 que commence indirectement son histoire. A cette époque, Ferrari entame le développement d’une version Groupe B de la 288 GTO, l’impressionnante Evoluzione. Cependant, en 1986 l’arrêt du Groupe B en pleine saison suite à la mort de 2 pilotes lors du Tour de Corse arrêta net les plans de Ferrari. Enzo Ferrari décida cependant de ne pas laisser ce projet sans suite en utilisant cette base pour développer celle qui remplacerait la 288 GTO et qui viendrait donner la réplique à la Porsche 959. C’est alors qu’en 1987 est présentée la fantastique F40 qui marquera à jamais l’histoire de la marque italienne.

La F40, c’est tout d’abord un style fort et inimitable signé Pininfarina. Elle est ressemble à une brute avec ses nombreuses prises d’air, mais reste pure grâce à un dessin sans effets de style. Principal élément qui marque, c’est cet énorme aileron intégré à la carrosserie sur lequel était gravé son nom. A l’avant, nous sommes encore à l’époque des feux rétractables tandis que les feux arrière sont simples, avec 4 ronds sur une grille noire. Il y a par ailleurs une triple sortie d’échappement centrale et le V8 est exposé derrière une magnifique lunette en persienne.

Le moteur est un V8 biturbo à 32 soupapes dérivé de celui de la 288 GTO. Cependant, la cylindrée est passée de 2.8L à 3.0L, l’alésage a été revu tandis que les 2 turbos sont des IHI soufflant à 1.1 bar. C’est d’ailleurs lorsque le turbo est à pleine charge qu’est utilisée la sortie d’échappement centrale qui est directement reliée au wastegate. Cela permet à la F40 de développer 478ch pour 577Nm de couple à 4.000trs/min. Les performances annoncées dépassent l’entendement avec un 0 à 100km/h effectué en 4,6 secondes tandis que le 1000M départ arrêté est parcouru en seulement 21 secondes ! En vitesse de pointe, elle atteint la vitesse énorme pour l’époque de 324km/h.

Outre son moteur, ce qui fait la force de la Ferrari F40 est son poids plume de seulement 1100kg. Cela est du à l’utilisation massive de matériaux ultra légers au niveau de la carrosserie, du châssis mais aussi du moteur. A titre d’exemple, sachez que le châssis tubulaire reçoit des panneaux en carbone kevlar, tandis que la carrosserie est en matériaux composites et les vitres sont en lexan.

Sur la piste, la Ferrari F40 est une véritable sportive pure et dure. Face à une Porsche 959 bourrée de technologie, la F40 lui oppose une simplicité technique lui permettant d’être très vivante pour son pilote car il est toujours directement en contact avec elle. Pas d’ABS, encore moins d’antipatinage, elle s’adresse avant tout à des pilotes bien que l’appui aérodynamique avait été grandement travaillé.

Pour finir, parlons de sa carrière commerciale qui est elle-aussi assez particulière. A l’origine, elle devait être produite à 400 exemplaires, mais un tourbillon de folie est né autour de cette fabuleuse supercar. Certains exemplaires étaient mis en vente avant même leur livraison et cela à eu pour effet de faire naître une bulle spéculative faisant augmenter son prix très largement au dessus de celui du neuf. Mais Ferrari a aussi vu une possibilité de rentabiliser au mieux ses investissements et la production a été relancée jusqu’à ce que 1311 exemplaires trouvent preneur. Naturellement, avec une offre bien plus conséquente, la bulle a éclaté et certains ont perdu gros en investissant dans une F40.

Au final, la Ferrari F40 est et restera à jamais un chef d’œuvre automobile, une des dernières supercars exclusivement conçue exclusivement pour son pilote. Enzo est donc parti au sommet de son art.